Adresse à la Nation : Ces questions qui attendent Macky

C’est aujourd’hui, à 20 heures, que le chef de l’Etat va sacrifier à la tradition en prononçant le traditionnel discours de fin d’année. Mais cette adresse à la Nation ne sera pas une simple formalité. En effet, Macky Sall est attendu par les Sénégalais sur de nombreux points, dont les principaux sont, sans nul doute, la suppression du Cfa et son remplacement par l’Eco. Cette décision majeure, qualifiée d’historique par le gouvernement français et qui a surpris tout le monde, a été prise le 20 décembre dernier par les Présidents ivoirien, Alassane Ouatarra, et français, Emmanuel Macron, lors de la visite de ce dernier en Côte d’Ivoire. Une décision à laquelle il n’a pas été associé, alors que le Sénégal représente la deuxième économie de l’Union monétaire ouest africaine (Umoa). En effet, jusqu’à présent Macky Sall est resté muet sur l’avènement de l’Eco, pourtant cela concerne au premier chef le Sénégal. Cette réforme implique l’arrêt de la centralisation des réserves de change au Trésor français, la fermeture du compte d’opérations et le transfert à la Bceao des ressources disponibles dans le compte et enfin le retrait de tous les représentants français dans les organes de décision et de gestion de l’Umoa (Conseil d’administration de la Bceao, Commission bancaire et Comité de politique monétaire). Néanmoins, le lien ombilical avec la France va rester, puisque l’Eco va être arrimé à l’Euro et continuera d’être garanti par le Trésor français. Cette adresse à la Nation sera enfin une occasion pour lui d’édifier les Sénégalais, mais également les populations membres de l’Uemoa et même de la Cedeao qui avaient le même projet et qui étaient sur le point de le lancer.
L’autre question brûlante à laquelle le président de la République doit bien des explications aux Sénégalais, c’est la hausse inattendue du prix de l’électricité. En effet, le gouvernement se targuait d’une croissance économique régulière depuis 2012. Aujourd’hui, il décide d’augmenter de 10 % le prix de l’électricité, en donnant comme explication son incapacité à continuer de subventionner l’électricité en raison de la nécessité de réduire le déficit budgétaire.
Mais ce qui a choqué surtout les Sénégalais, c’est la gestion de la Senelec par Mouhamadou Makhtar Cissé. Alors qu’il était considéré par beaucoup comme un gestionnaire modèle, un rapport vient noircir sa réputation. Ses nombreuses libéralités et l’effectif jugé pléthorique de Senelec ont terni son image de gestionnaire hors pair. Conséquence de cette hausse, les factures de certains consommateurs connaissent une hausse vertigineuse. Tout cela fait que la hausse ne passe pas auprès des populations. D’ailleurs, elle est à l’origine des tensions politiques et des manifestations devant le palais de la République et de l’arrestation d’activistes comme Guy Marius Sagna, Babacar Diop et de huit autres personnes. Ces arrestations et cette hausse sont également à l’origine de la naissance du mouvement Nio lank nio bagn, qui exige l’annulation de cette hausse. Cette adresse à la Nation intervient moins d’une semaine après l’installation des membres du comité de pilotage du dialogue national. Aussi, le président de la République ne se gênera pas pour magnifier sa réussite politique, en dépit du boycott par le Pds, le Crd et Pastef.

WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *