Affaire Aliou Sall : Lettre d’un représentant-pays d’une multinationale du pétrole

Je préfère garder l’anonymat dans cette lettre ouverte aux Sénégalais car étant représentant pays d’une multinationale bénéficiant d’un contrat d’exploitation pour le pétrole et le gaz au Sénégal. Je ne dévoile pas mon identité pour ne pas mettre mon employeur ou moi-même en danger. J’espère que les Sénégalais le comprendront ainsi.
S’agissant de l’affaire dite « Aliou Sall-Petrotim- Etat du Sénégal », je fais partie des nombreux représentants pays qui suivent avec intérêt son développement mais qui ne peuvent se prononcer pour plusieurs raisons.
Aujourd’hui, je prends sur moi la responsabilité de briser le silence bravant même les interdits de mon employeur car pour moi trop c’est trop et les Sénégalais sont en train de faire fausse route.
Sachez que toute société qui veut intervenir dans la recherche et/ou l’exploitation de nos ressources à l’obligation de trouver un représentant au niveau du Sénégal. On ne demande pas forcément à ce représentant d’être un expert dans le domaine. Il doit être quelqu’un de respectueux et respectable avec une forte compétence organisationnelle et rédactionnelle. Ils sont nombreux dans notre milieu à n’avoir des compétences que dans la communication.
« Le salaire de Aliou Sall a beaucoup fait rire dans notre milieu. C’est de la sous-exploitation »
Dès que la multinationale trouve ce Sénégalais, elle engage avec lui une discussion pour le traitement salarial avant de signer un contrat de prestation de service. Les émoluments de 25.000 dollars US par mois payés à Aliou Sall par Timis ont fait beaucoup rire dans notre milieu. A la limite, je peux même le dire sans être démenti qu’il avait le plus bas salaire alors comparé aux autres représentants pays que nous sommes. 25.000 dollars dans le milieu du pétrole ? C’est de la sous-exploitation. Peut-être qu’il ne savait pas ou que ce salaire lui suffisait.
Ensuite, l’autre problème c’est comment les Sénégalais peuvent-ils mêler le nom d’un représentant pays dans la signature d’un contrat avec l’Etat ?
La plupart du temps lors de ces signatures, le Sénégalais (représentant pays) n’est même pas présent. Les multinationales préfèrent traiter directement avec les autorités en l’absence du citoyen du pays en question. Ceci pour dire que ça m’étonnerait de savoir qu’Aliou Sall était présent lors des signatures entre Timis et le Sénégal.
Où est-ce qu’il a signé ? Où ? Sous quel contrat trouve-t-on son nom ? Le représentant pays n’est en rien concerné par les négociations. Si maintenant le Sénégal juge qu’il a été lésé par Timis, c’est une affaire entre notre pays et la multinationale. Qu’est-ce que Aliou a à voir là-dedans ? C’est là où c’est intéressant. Il est cité juste parce que c’est son frère qui est le Président de la République. Les autres multinationales, l’on ne parle pas d’elles parce que leurs représentants pays ne sont pas frères de Macky Sall. C’est trop léger. On est bien dans l’émotion !
Ensuite, quand la multinationale signe un contrat avec l’Etat tous les représentants pays travaillant avec elle reçoivent des primes de signature. Je n’ose même pas avancer les sommes que nous recevons après les paraphes. C’est comme ça dans tous les pays du monde.
Personnellement, je pense que c’est un combat politique que certains Sénégalais mènent contre Aliou Sall mais dans cette affaire concernant les contrats il n’y a joué aucun rôle car étant représentant pays avec des responsabilités limitées.
Maintenant si le Sénégal a un contentieux avec la multinationale, qu’il porte plainte contre elle. Point !
La question que j’aimerais poser à Aliou Sall est de lui demander s’il a reçu ses primes de fin de contrat car il en a bien droit.
Voilà ma conviction sur cette affaire.
Un représentant pays d’une multinationale
Œuvrant dans le pétrole et le gaz au Sénégal
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *