Affaire Petro Tim : Souleymane Ndéné Ndiaye pose un lapin au Doyen des juges

La valse des témoins au bureau du Doyen des juges, dans le cadre de l’affaire Petro Tim qui a éclaté après la diffusion de l’enquête de la chaine de télévision anglaise Bbc, se poursuit. Hier, c’était au tour de l’ancien Premier ministre sous le régime de Abdoulaye Wade, Souleymane Ndéné Ndiaye et l’ancien ministre de l’Energie, Samuel Sarr, de donner leur part de vérité sur cette affaire qui commence à polluer l’espace politico judiciaire du Sénégal. Seulement, le dernier chef du gouvernement du régime libéral n’a pas déféré à la convocation. Souleymane Ndéné Ndiaye a fait faux bond au Doyen des juges au sujet de l’information judiciaire relative au scandale de Petro-Tim. Pour motiver son refus, l’ancien Premier ministre évoque non seulement un problème de libellé du texte mais il argue aussi que son statut d’ancien Premier ministre ne lui permet pas de répondre à une convocation sans objet. «Le Doyen des juges ne respecte pas la loi. Je suis un ancien Premier ministre. Je suis aussi un avocat. J’ai reçu via son secrétariat une convocation sans objet. Et je ne peux pas répondre à une convocation sans objet», a souligné Souleymane Ndéné Ndiaye, rapporté par Dakaractu. Il n’a pas déféré à la convocation du juge d’instruction mais il avait alors répondu à la convocation des enquêteurs de la Division des investigations criminelles (Dic). Pourquoi ? «Si j’ai répondu à la convocation des enquêteurs de la Dic, c’est parce qu’ils ont été courtois», indique-t-il.
Contrairement à l’ancien Premier ministre, l’ancien ministre de l’Energie, Samuel Sarr a répondu à la justice afin de dire ce qu’il pense de cette affaire qui parle de corruption de 10 milliards de dollars dans laquelle sont impliqués le frère du président de la République, Aliou Sall et Frank Timis. A sa sortie d’audition, l’homme qui se déclare «Wadiste éternel», même s’il estime qu’avec cette information judiciaire initiée par le juge, l’enquête doit aboutir, il souligne que dans cette affaire, ceux qui savent ne parlent pas, ceux qui ne savent pas parlent beaucoup. «J’ai été auditionné par le Doyen des juges sur l’affaire Petro-Tim. Il s’agit d’un dossier en instruction et je ne peux pas en dire plus. Par contre, ce que je peux affirmer aujourd’hui, c’est que ceux qui savent ne parlent pas, ceux qui parlent ne savent rien. Ils parlent beaucoup et racontent du n’importe quoi», a assuré l’ancien ministre d’Etat. Il y a quelques mois, il avait balayé du revers de la main la même question avec le même type de réponse, a laissé entendre l’ancien directeur général de la Sénélec, après avoir fait face au doyen des juges.
Avant Souleymane Ndéné Ndiaye et Samuel Sarr, le Président du mouvement politique Jengu, Boubacar Camara et Clédor Sène ont répondu, avant-hier, à la convocation du magistrat enquêteur. M. Sène a mis en exergue les implications et du président de la République, et de son frère et du ministre Aly Ngouille Ndiaye quand il s’occupait du département des Mines. «La responsabilité du président de la République est engagée. Le ministre Aly Ngouille Ndiaye qui a fait un rapport fallacieux, sa responsabilité est engagée. Le frère du Président, c’est le malaise parce qu’il est le partenaire de Frank Timis. C’est lui qui a créé Petro Tim Sénégal à qui on a reversé les 90 % d’actifs des deux blocs. Ils ont vendu 60 % à Kosmos. Ils ont retenu 30 % qu’ils ont laissés tout dernièrement. Ils ont revendu au total 90 % de nos actifs. C’est de la spéculation», a indiqué Clédor Sène. Qui poursuit : «Il y a d’autres dispositions de la loi qui ont également été violées. Que la justice fasse la lumière où qu’elle le fasse dans 2, 3 ou 4 ans, la lumière finira par jaillir sur cette ténébreuse affaire. Parce que les Sénégalais sont soucieux du recouvrement de leurs avoirs».
De son côté Boubacar Camara, souligne : «Aujourd’hui, ce n’est pas le juge qui interroge. C’est le juge lui-même qui est interrogé et qui cherche à donner des réponses en faisant recours à des justiciables qui veulent bien donner leur point de vue. Et je fais partie de ces justiciables là. Je suis venu dire au Doyen des juges ce que je sais de l’affaire Petro-Tim». L’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye et le président du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo sont les premiers à être entendus par le magistrat instructeur.

WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *