Aide alimentaire : 38 754,8 tonnes déjà distribuées

Hier, après le point sur la situation du Covid-19 faite par les autorités du ministère de la Santé, c’était le tour du ministre du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale de faire le point sur la distribution de l’aide alimentaire. Mais Mansour Faye n’a pas fait le déplacement. Sans doute, il ne s’est pas remis de son exercice laborieux, la semaine dernière, pour expliquer les conditions de distribution et d’attribution de cette aide destinée à la population après les mesures prises par le chef de l’Etat pour faire face au covid-19. Il a préféré envoyer le Secrétaire général et porte-parole du ministère du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale. Donc c’est Mme Rachelle Coly Boucal qui a fait le point sur les opérations concernant l’aide alimentaire dans le cadre du plan de riposte Force Covid-19. Après les formalités d’acquisition, les opérations de convoyage lancées le samedi 11 Avril 2020 par le président de la République, elle affirme qu’à ce jour du 27 avril, un total de 38 754 ,8 t de riz dont 3 094 t chargées à bord du bateau de la Cosama, ont été acheminées dans les régions et départements. Pour le convoyage, Mme Boucal fait savoir que 888 camions ont été mobilisés dont 35 camions de l’Armée, 171 du collectif des transporteurs et 8 camions du Csa. «Pour ces opérations de convoyage, l’escorte est assurée par la gendarmerie et la programmation des chargements, par l’armée. Parallèlement à ces opérations de convoyage, celles de ciblage se déroulent dans chaque région, département, arrondissement, commune, quartier et village», indique-t-elle.
Poursuivant son intervention, Mme Boucal est revenue aussi sur le choix du million de ménages. A l’en croire, deux procédés ont été utilisés. Le Registre national unique qui recense 588 045 ménages répartis dans toutes les régions et les communes du Sénégal parmi les plus vulnérables. Il y aussi le ciblage communautaire qui concerne 411 955 ménages. Elle soutient que ce dernier se fait à partir d’un quota alloué à chaque commune proportionnellement à la taille de sa population et à la carte de la pauvreté. «Ce quota est ensuite éclaté entre les quartiers par le comité de ciblage de la commune présidé par le maire et composé des délégués de quartier, des représentants des jeunes, des femmes, de l’imam, du curé, des conseillers municipaux élus sur les listes concurrentes au maire, les leaders d’opinions, la société civile à travers les ONG qui sont présentes sur le terrain», explique-t-elle.
Mme Rachelle Boucal renseigne aussi que les listes issues de ce ciblage sont ensuite remontées au comité de la commune. Puis elles sont transmises au comité d’arrondissement présidé par le sous-préfet pour validation et ainsi s’enchainent les comités de validation au niveau du département présidé par le Préfet et au niveau régional présidé par le gouverneur. «L’architecture des différentes instances est ainsi faite pour garantir la transparence et amoindrir les risques d’erreur de doublon, d’inclusion et d’exclusion. A ce jour, tous les comités, à toutes les échelles sont déjà fonctionnels. Ces comités sont assistés par des vérificateurs recrutés parmi les acteurs porteurs de dynamique populaire, les relais communautaires mais aussi parmi les jeunes volontaires dans les quartiers». Elle ajoute qu’une «fois que les listes sont stabilisées et validées, un bon d’enlèvement est délivré à chaque bénéficiaire».
Tout comme le ciblage, le secrétaire général du ministère du Développement communautaire et porte-parole de Mansour Faye, affirme que la distribution est aussi organisée par un comité de distribution supervisé par le commandant de zone militaire dans chaque région avec une sécurité assurée par la police et la gendarmerie selon leur zone de compétence. Il souligne aussi que les services sanitaires sont aussi impliqués par rapport au respect des prescriptions liées à la lutte contre la contamination. Tout comme l’armée et la Gendarmerie ainsi que la police sont au cœur du processus puisque membres des comités de validation mais aussi pour les opérations de convoyage.
Pour rappel dans le cadre du plan de résilience économique et sociale face au covid-19, le ministère que dirige Mansour Faye est chargé de la gestion de l’aide alimentaire au profit de 1 million de ménages représentant environ 8 à 10 millions de Sénégalais. Cette aide alimentaire d’une valeur monétaire de 66 000 FCFA est composée de : 100 kg de riz ; 10 kg de sucre ; 1 carton de 18 morceaux de savon et 10 litres d’huile.
WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *