Aide Covid-19 : Mansour Faye rétablit la vérité des chiffres

(Correspondance) – «Le coût global du transport de l’aide alimentaire d’urgence est de moins d’un milliard 500 mille FCfa. Et ce montant pourrait, éventuellement, baisser. Les fake news et les propos mal intentionnés ne peuvent pas nous ébranler. Nous ne nous laissons pas distraire par ces allégations. Ce qui nous intéresse, c’est que l’opération se passe dans les règles de l’art et que tous les produits arrivent à destination sans aucun problème, dans la transparence et la célérité», a d’emblée, marteler le ministre Mansour Faye, chargé de coordonner la distribution de l’aide alimentaire d’urgence, par le président de la République, Macky Sall. C’est au sujet des spéculations sur les chiffres liés au transport des vivres destinées aux populations. Cette précision du gouvernement fait également suite à l’annonce, par les réseaux sociaux, d’un montant que 6 milliards de FCfa qui serait alloué au transport des vivres destinés aux populations sénégalaises pour les soulager à la suite des mesures prises par l’Etat, pour circonscrire le Covid-19. «J’ai suivi comme tout le monde cette fausse information qui a circulé au niveau des réseaux sociaux. J’étais étonné d’entendre de tels montants avancés sans aucune base réelle», a, ensuite, déclaré le ministre-maire de Saint-Louis. Poursuivant, le ministre Mansour Faye a aussi tenu à établir la vérité des chiffres. «Dimanche, nous avons commencé la distribution des vivres pour l’intérieur du pays avec un transporteur qui est payé pour les régions périphériques que sont Ziguinchor, Kédougou, Sédhiou, Matam à 18.500 Fcfa la tonne. Pour les régions du centre du pays, comme Fatick Diourbel, Thiés, Louga, Kaffrine, le coût de la tonne avoisine 7.500 Fcfa. S’agissant des régions de Saint-Louis et Tambacounda, c’est à peu près 15.000 Fcfa, la tonne», a-t-il laissé entendre.

Dans la foulée, le ministre du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale, d’inviter les experts en calcul à prendre leurs calculettes et de comparer ces données, en prenant en compte les listes qui sont disponibles, dans lesquelles figurent les volumes par région pour faire des simulations en vue d’avoir le coût réel. Étant entendu que la région de Dakar, qui est assurée par l’Armée, n’en fait pas partie. «Même si nous prenons en charge le coût du carburant et les frais d’accompagnement du chauffeur», a précisé Mansour Faye, non sans rappeler que «l’association des transporteurs a promis de mettre, à notre disposition, des camions pour renforcer le circuit de distribution».

Sur la base de ces 6 milliards Fcfa, le coût moyen de la tonne reviendrait à 41 379 F Cfa. Sûres de leur fait, ces sources démenties par le ministre en question ont étayé leurs thèses en ces termes : une tonne de marchandise est transportée du Port de Dakar à Bamako au prix de 35 000 Fcfa voire 40 000 FCfa en période d’hivernage où la demande est plus forte avec les cargaisons d’engrais qui transitent par Dakar. Et tous ceux qui s’activent dans la logistique savent que le prix le plus élevé est payé au maximum à 15 000 FCfa la tonne sur Dakar-Bakel ou Dakar-Kédougou. Pour Ziguinchor, c’est entre 12 000 Fcfa et 13 000 FCfa là où on est à 3 000 FCfa à Dakar, 5 000 Fcfa pour Thiès et 6 500 FCfa pour Touba.

En définitive, mettant à profit la remise de l’appui de la presse saint-louisienne aux autorités locales, le ministre chargé de coordonner la distribution de l’aide alimentaire d’urgence a promis de faire un bilan exhaustif, pour chaque rubrique. Cela, à l’issue du processus de distribution des vivres aux populations sénégalaises.

WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *