Amadou Diallo, coordonnateur du Pama : «Le corps-enseignant représente près de 70 % des agents de l’Etat»

De tous les agents de l’Etat, le corps enseignant en compte le plus grand nombre. C’est ce qui explique leur présence massive, avant-hier, devant les stands de la Fonction publique qui était à Fatick. C’est du moins la réponse servie, hier, par Amadou Diallo, directeur du Renouveau du service public et par ailleurs coordonnateur du Programme d’appui à la modernisation l’administration (Pama). «Il faut comprendre que le corps-enseignant représente près de 70 % des agents de l’Etat. Cela montre que le besoin est là», a-t-il expliqué. Avant d’ajouter : «Malgré le processus de dématérialisation qui suit son cours, on n’a jugé nécessaire d’effectuer un déplacement dans les régions pour rapprocher le service public aux populations. C’est juste pour trouver des systèmes correctifs afin d’améliorer notre travail quotidien».
Poursuivant son raisonnement, le directeur du Pama soutient que les enseignants, contrairement aux autres agents de l’Etat, suivent de très près leurs carrières. «Ce sont des personnes qui veillent de près sur leurs carrières, sur l’état d’avancement de leurs dossiers administratifs», laisse-t-il entendre. Selon lui, cette caravane entre dans le cadre d’installation de bureaux relais du service public qui seront chargés du suivi et de l’accompagnement dans le traitement des dossiers administratifs. «Ces bureaux relais-témoins peuvent être pérennisés. Ils seront installés dans toutes les régions. Il y aura l’Office du Bac, le E.solde, la fonction publique. Nous sommes en phase test dans la zone du centre. On compte se déployer dans les zones nord et sud», informe Amadou Diallo.

Quant aux étudiants, le directeur de la Fonction publique révèle que leur rapprochement du directeur de l’office du Bac, leur a permis de découvrir qu’il y avait plus de 41 mille diplômes en souffrance de traitement. Lesquels diplômes n’ont pas été retirés. «En 2016, avec la plateforme de Télédac, on a pu dématérialiser le dépôt en ligne. Jusqu’à présent, ce retrait s’effectue à Dakar. C’est ce qui est difficile et constitue une charge pour l’usager», déplore-t-il. «Conformément à la mission assignée au Pama, nous avons jugé nécessaire de délocaliser le retrait. On est en train de travailler sur cette mesure. Des sessions mensuelles ou même trimestrielles de délivrance des diplômes de Bac dans les régions seront bientôt lancées», poursuit-il. À l’en croire, tous les bacheliers de 1960 à nos jours peuvent légalement demander via la plateforme le retrait de leurs diplômes. «Ils attendront le temps que leurs diplômes soient confectionnés au niveau de l’office du Bac pour venir les récupérer au niveau des bureaux relais», annonce Amadou Diallo.

WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *