Attaques contre Aminata Mbengue Ndiaye : le Ps promet la loi du Talion

Dans la coalition présidentielle, ce n’est pas l’union des cœurs. On se regarde en chien de faïence et tous les coups sont permis. A l’occasion de la Session ordinaire du Haut conseil pour les collectivités territoriales du 8 février dernier, portant sur le thème : «L’équité territoriale», la présidente Aminata Mbengue Ndiaye déclare avoir constaté que le statut de la ville de Dakar n’a pas évolué alors que «des villes-capitales politiques et économiques comme Yaoundé, Yamoussoukro, Douala, Lagos disposent d’un statut particulier à la hauteur de leur taille et à la dimension de leurs ambitions». C’est pourquoi elle a plaidé pour un «statut particulier» pour Dakar. Cette proposition du Haut Conseil des collectivités locales (Hcct) ne vise nullement la nomination d’un Maire de Dakar mais poursuit l’amélioration de la qualité des réformes contenues dans l’acte 3 de la décentralisation. Depuis lors, le successeur du défunt Tanor Dieng à la tête de cette institution fait l’objet d’attaques sur les réseaux sociaux. Ses camarades du Ps ont riposté. Dans un communiqué signé par son Secrétaire national adjoint chargé des Tic, le Parti socialiste s’indigne. Le Ps se déclare indigné et même outré du fait que «des trafiquants d’influence et des imposteurs champions de la désinformation et de la manipulation à travers les réseaux sociaux s’attaquent injustement contre le Hcct, troisième institution de la République, en insultant son autorité suprême à savoir la Présidente Aminata Mbengue Ndiaye». A ces «vautours et charognards de tous les cieux», poursuit Abdoulaye Gallo Diao, «nous déclarons désormais que ce sera œil pour œil et dent pour dent. Le Parti socialiste ne laissera personne discréditer ni diaboliser sa Secrétaire générale sur l’autel de mesquineries politiciennes».
Revenant sur cette proposition du Hcct sur le «statut particulier» de Dakar, il souligne : «Cette déclaration-proposition puise sa source et sa pertinence dans la perspective de corriger obligatoirement certaines imperfections, puis de combler certaines insuffisances de l’acte 3 de la décentralisation dont la mise en œuvre a fini de déceler quelques manquements à l’image de l’acte 2 et l’acte 1 de la décentralisation». Par voie de conséquence, poursuit-il, «cette proposition du Hcct ne vise nullement la nomination d’un Maire de Dakar mais poursuit l’amélioration de la qualité des réformes contenues dans l’acte 3 de la décentralisation. Réformes dans lesquelles la ville de Dakar avec ses trois départements que sont Dakar, Guediawaye et Pikine occupent une place non négligeable voire centrale». Pour comprendre et apprécier la pertinence de cette proposition du Hcct, il a fait une re-lecture du schéma institutionnel des collectivités locales concernant les 45 départements du Sénégal pour s’apercevoir que les trois départements précités disposent déjà d’un statut spécial. «Cette exception découle du fait que seules ses trois circonscriptions parmi les 45 que compte le Sénégal sont dépourvus d’un Conseil départemental tout en gardant initialement leurs Conseils municipaux», rappelle-t-il. Non sans faire savoir qu’«à cela s’ajoute le fait qu’avec l’avènement de l’acte 3 toutes les communes d’arrondissement sont devenues des communes de plein exercice. Cette nouvelle configuration institutionnelle des collectivités locales mérite des corrections et des améliorations allant dans le sens de doter la ville de Dakar d’une référence juridique particulière en vue de renforcer ses pouvoirs et ses moyens d’interventions».
WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *