Cancer : 11 mille nouveaux cas recensés au Sénégal

Dr Fatma Guenoune, présidente de la Lisca a estimé qu’il y a 11 mille nouveaux cas de cancer au Sénégal. Elle a fait cette estimation, avant-hier, lors d’un vernissage sur le thème du cancer du sein à la galerie Cheikh Ibra Fall. Elle était l’invitée des plasticiennes sénégalaises qui ont décidé de participer à la sensibilisation et de verser une partie des revenues de leur vente à la Lisca. Dans ces 11 mille nouveaux cas, il y a plus de 873 femmes qui meurent chaque année, explique Mme Guenoune. Qui déplore que les femmes ne viennent qu’à des stades très avancés du cancer. «Nous ne pouvons que les accompagner vers la mort», regrette-t-elle. C’est pourquoi, dit-elle, on sensibilise les gens à venir se faire dépister très tôt, parce que, détecté plus tôt, le  cancer guérit dans 98 % des cas. Mme Guenoune rappelle en outre que les femmes doivent aussi faire l’auto palpation chaque mois. Celles âgées de plus de 40 ans doivent pouvoir faire une mammographie tous les deux ans. Cela permet de voir une éventuelle tumeur. Car, prévient Dr Guenoune, quand la bosse dépasse deux centimètres, on est obligé de passer à la scission du sein. Revenant aux artistes, Fatma Guenoune souligne qu’ils vont être les relais pour sensibiliser contre le cancer. «Nous sommes concernées par cette maladie», rappelle-t-elle.

Pour leur part, les plasticiennes, par la voix d’Adama Boye, présidente du collectif des femmes artistes plasticiennes du Sénégal, promettent de donner une partie de leur vente à la Lisca pour une cause noble. La somme collectée va aider à payer les consultations pour les victimes de cancer.

Critique d’art, le Professeur Maguèye Kassé, invité au vernissage, a fait remarque que le cancer est un problème de santé publique. «Ce  fléau ravage une bonne partie de nos mères et sœurs… », déplore-t-il. Pour l’anthropologue, «c’est à nous de pousser pour que les autorités publiques prennent davantage en charge la lutte contre cette maladie». Pour le Pr Kassé, «les mesures à prendre sont de la  responsabilité de ceux que nous avons placés au dessus de nos têtes. C’est  à  eux que nous nous adressons pour les obliger à revoir leur copie dans la lutte contre le cancer», rappelle-t-il. Non sans manquer de rappeler que les hommes doivent prendre part au combat, car, «tout homme est le produit d’une femme».

WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *