Cissé Lo n’est pas de taille

Rien de nouveau. En 2012 déjà, un audio faisait état d’insulte de la part de Cissé Lo à l’endroit du chef de l’État. Cette fois-ci, l’élan rebelle du mis en cause dérange non seulement comme d’habitude. Mais aussi et surtout, il menace les intérêts de la congrégation mackyste. Le mutin ne le sait pas encore mais, il a déjà perdu. La macabre machine d’écrasement se déploie cyniquement sur son échine beaucoup plus fragile qu’il n’y parait. Il a déjà commencé à improviser des gages de sincérité et de bonne foi. La désillusion s’ensuivra à l’épreuve du cynisme de l’exécuteur en chef, Macky le calculateur froid et distant. À la fin, le tonitruant se confondra tantôt en victime tantôt en dépité jusqu’à l’extinction de voix.  Le rideau retombera sous le vacarme inopérant de la plèbe.

Le patron de l’APR est dans la stratégie globale, Cissé Lo est dans la logique des coups politiques ponctuels. Remportera la guerre celui qui, après tout, engrange et puissance et possibilité d’immersion dans la solennité, dans les carcans blindés de la doxa. Politiquement incorrectes, les insultes proférées par le député passent  apparemment pour principales causes de la scission, exclusion de l’insulteur. C’est faux! En vérité, Cissé Lo est devenu trop encombrant. Les enjeux sont de loin beaucoup plus graves. Il s’agit, dans la perspective des prochaines présidentielles,  de la visée hégémonique à des fins de conservation du pouvoir.

Troisième candidature de Macky Sall ou pas, l’ultime objectif est d’empêcher l’opposition d’accéder à la magistrature suprême. En ordre dispersé, le risque est grand pour la majorité actuelle. Si, dès à présent et à l’interne, des voix comme celles de Moustapha Cissé Lo, s’élèvent sans ambiguïté contre l’éventualité manœuvrière de tripatouillage ou contre les mots d’ordre de ralliement inconditionnel à la volonté du prince, il faut nécessairement les mater. Faute de quoi, l’implosion se réalisera, à coups sûr, sous le poids des ambitions et des agitations de lèse-majesté. Casser les schismes des plus proches, c’est le premier palier avant celui du combat déterminant contre les plus farouches, opposants intraitables.

Birame Waltako Ndiaye

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *