Conseillers, chargés de mission : qui fait quoi dans le Macky ?

MINISTRES D’ETAT, CONSEILLERS, CHARGES DE MISSION…

Dans la ruche de Macky

Vendredi dernier, au lendemain du dernier conseil des ministres, le président de la République a réuni les membres de son cabinet pour leur annoncer la fin de leur «mandat» à eux aussi. Occasion pour faire une visite guidée dans ce capharnaüm où gravitent plus de 300 personnes.

Comme dans une ruche d’abeilles, ils sont nombreux à arpenter les couloirs du Palais présidentiel ou de ses dépendances. Selon l’As du jeudi dernier, ils sont plus de 300. Avec titres et qualités divers, ils émargent au budget de l’Etat et bénéficient d’une carte de visite, sorte de sésame-ouvre toi. Eux, ce sont les ministres d’Etat auprès du président de la République, directeurs et chefs de cabinet et leurs adjoints, ministres-conseillers, conseillers spéciaux, conseillers techniques, ambassadeurs itinérants, chargés de missions. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs compétences ? Visite guidée dans l’univers feutré de la Présidence de la République.

MINISTRES D’ETAT 

Ils sont ainsi nommés parce que, dans le protocole d’Etat, ils sont un cran plus haut placés que les autres et dépendent directement du président de la République à qui ils rendent compte. Ils ne disposent pas de budget propre, ne sont pas membres du gouvernement mais ont un poids politique et/ou une influence qui fait qu’ils ont un cabinet et un niveau de traitement (véhicule, salaire, téléphone, carburant, etc.), théoriquement supérieur à celui des simples ministres. Même si, relativise un ancien ministre d’Etat, «ministres simples et d’Etat jouissent des mêmes privilèges». Autre avantage : ils siègent, comme leurs autres collègues, en conseil des ministres. Macky en compte trois connus : Amath Dansokho, Marième Badiane et Mbaye Ndiaye.

DIRECTEURS ET CHEFS DE CABINET ET LEURS ADJOINTS 

Ils coordonnent le travail de cabinet. Sous Wade, est née une nouvelle fonction : celle de directeur de cabinet politique, rouage essentiel dans les relations entre le président de la République et chef de parti, avec ses autres camarades ainsi qu’avec les alliés.

Le chef de cabinet est, en quelque sorte, le «ministre des affaires sociales» du Palais. Il gère les relations avec les imams et autres chefs religieux. Billets pour le pèlerinage et moutons de Tabaski à destination de ces derniers transitent entre ses mains.

MINISTRES-CONSEILLERS 

C’est une création de l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade. Arrivé au pouvoir, Macky Sall a perpétué cette tradition qui permet de «recaser» des ministres sortis du gouvernement, anciens directeurs généraux ou autres alliés à qui on n’a pas encore trouvé chaussure à leur pointure. A l’origine, il s’agissait d’un titre exclusivement réservé aux fonctionnaires du cadre des Affaires étrangères.

Rattachés au cabinet du président de la République, ils bénéficient davantages et autres privilèges qui font que c’est une fonction désormais très courue. Il se dit que Macky Sall en dispose d’un important contingent dont la plupart n’ont même pas de bureau dans le domaine présidentiel. Qu’à cela ne tienne ! La carte de visite et le traitement royal suffisent au bonheur des nommés. Les plus en vue sont Mamadou Diagna Ndiaye et Youssou Ndour.

CONSEILLERS SPECIAUX 

Ce sont des membres du cabinet chargés de missions bien précises pour et uniquement le président de la République. Ces missions comprennent la communication du président de la République, la gestion de ses affaires politiques. Mais, certains de ces conseillers sont également chargés de dossiers auxquels le président de la République accorde une importance particulière (sports, culture, fiscalité…).

Conseillers techniques : Ils sont nommés par arrêté du président de la République et dépendent du Secrétaire général de la Présidence de la République. Via ce dernier, ils émettent des notes et fiches techniques sur certains sujets à l’endroit du président de la République. Au tout début de l’avènement de Macky Sall, la plupart de ces conseillers qui se plaignaient d’un traitement modique avaient fini par déserter les rangs et retourner dans le privé ou reprendre leur business.

CHARGES DE MISSION 

 C’est la mission fourre-tout. La rumeur raconte qu’il y en a même qui s’occupent de représenter le président de la République dans les…cérémonies familiales (funérailles, par exemple) où ce dernier n’a pas le temps ou ne voit pas l’opportunité d’y mettre les pieds. Pris d’ennui, des jeunes chargés de mission à la Présidence s’étaient donné comme mission de déballer contre les jeunes de Y en a marre, coupables d’avoir appelé à voter «Non» au référendum.

AMBASSADEURS ITINERANTS 

 Comme leur titre l’indique, ils jouent le rôle d’ambassadeurs itinérants pour certaines missions à eux confiées par le président de la République hors des cercles traditionnels de la diplomatie. Très mal perçus par les diplomates professionnels, on les voit souvent se bousculer dans l’avion de commandement du président de la République. Pour quelles missions ? Allez savoir !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *