Covid-19: Boris Johnson testé positif

Le Premier ministre britannique a annoncé avoir été testé positif au coronavirus et souffrir de «symptômes modérés» mais continuer à diriger le gouvernement.
Il n’est pas encore en pyjama mais «a de la fièvre et souffre d’une toux persistante». Dans une vidéo tournée à l’intérieur du 10, Downing Street, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, en costume cravate, a confirmé vendredi midi qu’il avait été testé positif au Covid-19. Il continue pour le moment à diriger le gouvernement «par visioconférence» mais s’est placé «en isolement» à Downing Street. En cas de réelle incapacité, le ministre des Affaires étrangères et Premier secrétaire d’Etat Dominic Raab a été désigné pour assurer les affaires courantes. «N’ayez aucun doute qu’en lien avec mon équipe, je continue à diriger le gouvernement», a-t-il insisté.

Les premiers symptômes, «modérés», se sont manifestés jeudi soir. C’est aussi au même moment qu’il a été vu en public pour la dernière fois. Boris Johnson, 55 ans, était sorti devant sa résidence pour participer à 20 heures à la séance d’applaudissements en hommage aux services de santé du pays. A ses côtés se trouvait son ministre de l’Economie, Rishi Sunak, debout à 2 mètres de lui. Le chancelier de l’Echiquier a indiqué qu’il ne se plaçait pas en isolement. Le Premier ministre a été testé sur les conseils de son conseiller médical en chef, le professeur Chris Whitty. «Faites comme moi, restez chez vous pour protéger notre NHS [National Health Service, le service de santé publique, ndlr] et sauver des vies», a insisté Boris Johnson dans sa vidéo. A peine une heure après l’annonce de Johnson, son ministre de la Santé Matt Hancock se fendait lui aussi d’une vidéo pour expliquer qu’il avait été également été testé positif au Covid-19. Lui aussi semble atteint pour le moment de symptômes modérés.

Après le prince Charles
La question est de savoir qui Boris Johnson a pu contaminer ces derniers jours, alors qu’il a donné des conférences de presse presque quotidiennes et était à la Chambre des communes mercredi pour la séance hebdomadaire des questions au Premier ministre. Lui-même, après avoir traîné des pieds pour enclencher le confinement de la population en vertu d’une stratégie de recherche d’immunité collective, avait à plusieurs reprises semblé réticent ou peu respectueux des consignes de sécurité des autorités médicales. Le 3 mars, alors que les experts insistaient sur la nécessité d’éviter les contacts physiques, il s’était notamment vanté d’avoir serré les mains de tout le monde lors d’un événement à Downing Street.
Carrie Symonds, la compagne de Boris Johnson, est enceinte. Agée de 32 ans, elle doit accoucher au début de l’été. Downing Street n’a pas précisé si le personnel de la résidence du Premier ministre ou les ministres qui l’ont côtoyé de très près ces derniers jours seront testés. Les Conseils des ministres avaient été réduits au minimum ces derniers jours avec l’utilisation accrue de visioconférence. En principe, au Royaume-Uni, seules les personnes hospitalisées et en situation considérée comme grave sont testées pour le Covid-19.
Les deux pôles du pouvoir au Royaume-Uni, le symbolique et l’exécutif, sont désormais touchés par le coronavirus. Avant Boris Johnson, le prince Charles, 71 ans, héritier du trône, avait été testé positif cette semaine. Il se trouve confiné dans son manoir de Birkhall, dans le nord de l’Ecosse. Buckingham Palace a précisé dans un communiqué que la reine Elizabeth II, «en bonne santé et qui suit tous les conseils, a vu Boris Johnson pour la dernière fois le 11 mars». La souveraine, 93 ans, est confinée à Windsor Castle, à l’ouest de Londres, avec son époux le prince Philip, 98 ans.

Libération

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *