Covid-19 : En un mois Pikine enregistre 50 cas

Cinquante-deux cas positifs dont 09 issus de la transmission communautaires ont été enregistrés dans le département de Pikine, depuis le début de la pandémie du Covid-19. L’annonce émane du Préfet de Pikine qui faisait le point sur la situation épidémiologique de la maladie. «Le département de Pikine compte quatre districts sanitaires que sont Yeumbeul, Keur Massar, Mbao et Pikine. Et chaque district a son nombre de cas et le cumul fait 52 cas. Parmi ces 52 cas qu’on a enregistrés, 496 cas de contacts confinés dans des hôtels de la place réservés à cet effet. Mais le chiffre 52 n’est pas statique car il y a des cas de guérison», a fait savoir Mouhamadou Moustapha Ndiaye.

Faisant encore le point, M. Ndiaye étale ses inquiétudes sur la transmission des malades par voie communautaire. «Depuis le début, nous nous battons pour lutter contre la pandémie. Mais, nous sommes de plus en plus inquiets avec la multiplication des cas communautaires. A ce jour, nous sommes à neuf cas communautaires. Donc, il faut que les populations sachent que le danger est là. Le Président l’a dit ! L’heure est grave. Et c’est comme si certaines personnes ont entendu et d’autres non qui ont besoin actuellement d’un brin de sensibilisation pour qu’elles puissent comprendre que ce virus pernicieux est dangereux et mortel. Et si l’on n’y prend garde, ce virus peur faire des dégâts insoupçonnés».

Pour ce qui est de la stratégie de ses services administratifs pour barrer la route à la maladie, le chef de l’exécutif départemental affirme : « Nous avons eu à mener quelques actions dont le désencombrement du Rond-Point Keur Massar et de certains marchés dont celui de Market Thiaroye pour empêcher les rassemblements. D’autres désencombrements sont en gestation comme le marché Bou Bess et certains sous-préfets comme celui de Pikine-Dagoudane ont sorti des arrêtés pour l’interdiction de la vente sur la voie publique et pour la fermeture des commerces non essentiels. Et tout ça, c’est pour freiner la propagation de la maladie et pour décourager les gens qui font des rassemblements non souhaités et illégaux sur la voie publique. Vraiment, nous fustigeons l’attitude des personnes qui s’obstinent à organiser des rassemblements sur la voie publique et qui font fi des conseils édictés par les experts de la santé dont je salue leur courage».

Face au non-respect du mot d’ordre des autorités sanitaires, le Préfet de Pikine appelle à une introspection collective des populations par un changement de comportements. Cette réaction du Préfet de Pikine fait suite aux cas communautaires de Covid-19 découverts dans les entreprises dont la Société industrielle moderne de plastiques africains (Simpa). Et dans les services publics dont l’hôpital psychiatrique de Thiaroye où les agents du Service d’hygiène se sont déplacés sur les sites pour les désinfecter.
WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *