Covid-19 : les contaminations auraient été très sous-estimées à Wuhan

Le nombre de cas réels serait dix fois supérieur au bilan jusque-là annoncé, révèle une enquête chinoise. 44,3% des habitants seraient porteurs d’anticorps.

C’est une étude qui devrait, sans aucun doute, provoquer de nombreuses réactions alors que la gestion de la crise du Covid-19 a été critiquée par de nombreux observateurs. Selon une étude du Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies, le nombre de personnes contaminées par le nouveau coronavirus à Wuhan, berceau de la pandémie, serait dix fois supérieur au bilan annoncé jusqu’ici par Pékin. Le Covid-19 est apparu à la fin de l’an dernier dans la ville de 11 millions d’habitants du centre de la Chine, placée en quarantaine pour 76 jours par les autorités à compter du 23 janvier 2020. Selon des tests sérologiques effectués en avril après le pic de l’épidémie, 4,43% des habitants de Wuhan étaient porteurs d’anticorps, c’est-à-dire que leur organisme avait réagi à la présence du virus.

Rapporté à la population de la ville, cela signifie que quelque 480.000 personnes ont été contaminées, soit presque 10 fois plus que le bilan de 50.000 contaminations communiqué jusqu’à présent par les autorités. La différence est peut-être liée à « une sous-estimation des cas lors du chaos de fin janvier et début février, quand beaucoup de gens n’étaient pas testés ou que les tests n’étaient pas fiables », a déclaré à l’Agence France-Presse Huang Yanzhong, spécialiste de santé publique au Council on Foreign Relations, un centre de réflexion américain.

Wuhan est de très loin la ville la plus touchée de Chine par le virus, qui a fait 4.634 morts dans tout le pays selon le bilan officiel, dont près de 4.000 dans la cité des bords du Yangtsé. Le dernier décès a été signalé en Chine à la mi-mai, alors que le virus s’était déjà répandu dans le monde entier. Selon la même étude publiée lundi, le taux de contamination culminait en avril à 0,44% dans le reste de la province du Hubei, dont Wuhan est le chef-lieu. La province a également fait l’objet d’une quarantaine jusqu’à la fin mars.

Le Capital.fr
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *