Décès de Cheikh Béthio : quel sort pour les condamnations pénales ?

Cheikh Béthio Thioune est décédé mardi, à 81 ans, à Bordeaux (France) où il se soignait depuis le 18 janvier dernier, Un décès qui survient au lendemain de sa à 10 ans de travaux forcés et à payer solidairement 200 millions FCfa de dommages et intérêts, pour «non dénonciation de crime» et «complicité d meurtre».
Avec cette donne, des interrogations subsistent quant à l’application de ces différentes peines. Selon Me Moussa Sarr, avocat à la cour, interrogé par Walf Quotidien, sa mort entraîne une double conséquence sur plan juridique. D’abord, la condamnation pénale disparaît, avec «l’extinction de l’action publique à l’égard du condamné, pour cause de décès». Seulement, la condamnation pécuniaire subsiste, c’est-à-dire les 200 millions que le défunt Cheikh est condamné à payer solidairement aux héritiers de Bara Sow et d’Ababacar Diagne, en guise de dommages et intérêts. «Les aspects civils de la condamnation survivent au décès du condamné. Les bénéficiaires peuvent intenter une procédure pour recouvrer cette condamnation en dommages et intérêts», clarifie Me Sarr.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *