Dépénalisation versus légalisation : Le cannabis en instance

Il est aberrant que les prisons soient remplies de jeunes et moins jeunes au motif de joints en pétard. Il est connu que le yamba s’échange et se tire couramment et dans les rues et dans les demeures sénégalaises. C’est hallucinant ! Il est tout aussi irréaliste de sanctionner par l’emprisonnement son usage d’autant plus que la mission de réhabilitation des maisons d’arrêt est loin d’être remplie, à Dakar et dans toutes les régions du pays. Par ailleurs, l’incarcération des friands fumeurs de cette drogue ne participent qu’à engorger davantage les prisons.
En vérité, l’État n’a pas les moyens de pénaliser l’usage de cannabis. Sous ce rapport, s’en tenir à sanctionner le trafic rejoindra l’objectif de santé publique contre les drogues tout en minimisant les externalités. « Le Sénégal est dans le lot des plus grands pays producteurs de cannabis en Afrique de l’Ouest. » Notre pays est dans ce lot, derrière le Nigeria et le Ghana, renseigne le représentant de l’Office des Nations-Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) au Sénégal, Pierre Lapaque.
Birame Waltako Ndiaye

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *