Deux ans apres : Ugb se souvient de Fallou Sène

(Saint-Louis) – Deux ans après le décès de leur camarade, Mouhamadou Fallou Sène, les étudiants de l’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis ne décolèrent toujours pas. Regroupés au sein de leur coordination-maison, ils continuent de réclamer toute la lumière sur ces faits déplorables ayant conduit à la mort du pensionnaire de l’Ubg, tout en souhaitant que justice soit rendue dans les délais raisonnables. Mettant à profit la deuxième commémoration de la mort de leur camarade Fallou Sène, disparu le 16 mai 2015, les étudiants de l’Ugb ont, ainsi, encore placés les autorités au sommet de l’Etat face à leurs responsabilités.

Le défunt étudiant a trouvé la mort lors de violents affrontements ayant opposé certains pensionnaires de Sanar et les gendarmes de la cité de Mame Coumba Bang. Sur le plan judiciaire, une enquête a été ouverte et celle-ci a conduit l’inculpation d’un gendarme présumé auteur du coup mortel. Mais il a été placé sous contrôle judiciaire après son inculpation, en lieu et place d’une arrestation comme ce fut le cas pour les cas Bassirou Faye et Balla Gaye.

Fallou Sène est la seconde victime de bavure policière mortelle sous le régime de Macky Sall, après l’étudiant Bassirou Faye dont la mort est survenue le 14 août 2014, à l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar. Un crime élucidé par la Justice sénégalaise car l’auteur déclaré coupable, le policier Sidy Mohamed Boughaleb, purge une peine de dix ans, au Camp pénal Liberté 6. Sauf grâce présidentielle, libération conditionnelle ou amnistie dont la probabilité reste faible voire nulle, il recouvre la liberté dans quatre ans. Tout cela est à la faveur d’une réduction obtenue en appel car ayant auparavant été condamné à 20 ans de travaux forcés au premier procès, à Dakar.

Sous le régime libéral d’Abdoulaye Wade, il y a eu le meurtre de l’étudiant Balla Gaye. C’était le 31 décembre 2001, au campus social de l’Ucad, au cours d’un front. Le présumé coupable du meurtre de cet étudiant, le policier Thiendella Ndiaye, a été acquitté (c’est-à-dire innocenté) après son jugement devant la Cour d’assises militaire. Depuis lors, l’enquête n’a pas continué pour connaître le vrai meurtrier de Balla Gaye. Le cas Balla Gaye s’inscrit ainsi dans la longue liste des crimes de sang resté impunis, au Sénégal.

WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *