Du riz impropre dans le circuit

RIZ IMPROPRE A LA CONSOMMATION

Sale coup de commerçants

En plus de ne presque rien contribuer aux finances de l’Etat, des commerçants menacent aujourd’hui la santé des populations. En atteste, les gros coups de filet des forces de sécurité qui saisissent des centaines de tonnes de riz impropre à la consommation. Ce qui est gravissime et révélateur de la déliquescence du système de contrôle du contenu de nos assiettes.

Toujours plus. Tel semble être le slogan de certains commerçants sénégalais qui ne se privent de rien ou ne se soucient pas de la santé de leurs compatriotes. La seule chose qui semble les intéresser est de marger à grand pas. Et qu’importe la joyeuserie à mettre en œuvre. En effet, cette semaine, la presse a fait état de l’arrivée dans le pays d’une cargaison de riz impropre à la consommation. Une information qui a fini d’alarmer les Sénégalais alors que d’aucuns estiment que le navire qui transportait la marchandise a fini par le débarquer dans un pays voisin. Quoi qu’il en soi, il y a matière à s’interroger sur les pratiques de certains de nos commerçants qui usent de moult artifices pour amener n’importe quoi dans le pays. Et s’il est ainsi, c’est parce que le gouvernement n’est pas toujours vigilant dans le contrôle et la protection des populations, lui qui a encouragé cette libéralisation de l’importation de riz que d’aucuns qualifient même de «sauvage».

Ainsi, pendant que ces commerçants se gavent, les populations, elles, finissent sans nul doute à l’hôpital alors que le gouvernement, lui, cherche la queue du diable pour la tirer afin de se voir prêter de quoi soigner les structures de santé.

Aujourd’hui, cette situation alarmante, après les nombreuses menaces que ces importateurs véreux ont fait planer sur le secteur productif sénégalais, prouve que l’Etat doit prendre des mesures énergiques contre cette caste de commerçants indélicats. Cela, en procédant à l’assainissement des marchés où l’on retrouve également de vrais patriotes qui n’acceptent pas, pour tout l’or du monde, d’empoisonner leurs populations juste pour pouvoir grimper aux rideaux. Et les plus gros d’entre eux palpent de sacrés pactoles.

Si de telles importations ont été possibles, cela peut s’expliquer par le fait que notre marché semble peu exigeant en termes de qualité pour les pays exportateurs. Lesquels ne se gênent pas à tenter de fourguer à nos importateurs des tonnes de riz dont la qualité serait inférieure à la normale. Et un marché comme le Sénégal, qui consomme environ 1,5 million de tonnes de riz par an, est assez attrayant à leurs yeux. Mais, pour ne pas passer pour des nouilles, les autorités arrivent parfois à intercepter certaines quantités impropres. De bonnes prises qui, malheureusement, démontrent aussi que d’autres ont pu passer entre les mailles du système de contrôle pour ingurgiter des centaines de tonnes de riz à des populations insoucieuses. Des produits accessibles qui suscitent quelques doutes quant à leurs effets sur la santé des consommateurs. Mais, aussi inquiétant que cela puisse paraître, les organisations commerçantes se sont emmurées dans un silence assourdissant alors que certains de leurs membres sont odieusement accusés de tenter d’empoisonner les populations. Apparemment, on ne les entend que lorsqu’il s’agit de choses qui menacent leurs propres intérêts comme la bataille perdue d’avance contre l’enseigne française Auchan. Ou encore lorsqu’il s’agit de se partager des Droits d’importation de produits alimentaires (Dipa) délivrés gracieusement par le palais.       

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *