«Elle est vivante, elle va bien,…», révèle une intime de Diary au Parisien

«Diary est vivante, elle va bien. Il faut la laisser tranquille, qu’on arrête de parler d’elle. Il faut surtout lui laisser le temps de faire ses choix et de revenir si elle en a envie. Une chose est sûre, elle s’expliquera un jour ou l’autre, demain, dans un mois ou dans un an ».

En quelques mots confiés ce mardi au Parisien-Aujourd’hui en France, l’une des personnes les plus proches de Diary Sow dissipe, au moins en partie et sous couvert d’anonymat, un mystère qui persiste depuis le 4 janvier, jour de la disparition à Paris de l’étudiante du lycée Louis-le-Grand.

Selon cette intime, le projet de disparition aurait été conçu au moins quelques jours voire quelques semaines en amont. « Peut-être remonte-t-il à encore beaucoup plus loin… », nous souffle-t-on. La pression scolaire qui règne en deuxième année de classe préparatoire aux grandes écoles d’ingénieurs y serait étrangère. Quant à l’hypothèse d’une escapade passionnelle, envisagée dans ce type de disparition, elle ne semble pas avoir plus de consistance.

En quittant du jour au lendemain sa résidence étudiante du boulevard du Port-Royal (Paris XIIIe), Diary Sow, Sénégalaise de 20 ans, aurait seulement voulu reprendre sa vie en mains et s’écarter du tapis rouge qui semblait se dessiner sous ses pas dans un geste où la dimension romanesque ne peut être exclue.

Où est-elle aujourd’hui ?
Dans cette « folie », Diary Sow n’aurait semble-t-il embarqué personne. Selon nos informations, elle a quitté Paris seule après s’être débarrassée de son téléphone. Devenue difficilement traçable, elle a ensuite donné un signe de vie à l’un de ses contacts, juste assez pour diffuser auprès d’un cercle très restreint de personnes des nouvelles rassurantes.

Le Parisien

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *