France: Une femme de 78 ans a reçu la première dose de vaccin

« Ca chauffe ! », a réagit, avec le sourire, cette ancienne habitante du Bourget (Seine-Saint-Denis) juste après avoir reçu l’injection du vaccin développé par l’américain Pfizer et l’allemand BioNTech.

« Je suis prête pour l’épreuve ! », lance d’un ton assuré Mauricette à l’infirmière. A 78 ans, cette ancienne aide ménagère est la première personne en France à recevoir une dose de vaccin contre le Covid-19.

« Vous préférez le bras droit ou gauche ? », interroge Samira Mzouri, l’infirmière chargée de sa vaccination au sein de l’unité de soins de longue durée de l’hôpital René-Muret de Sevran, en Seine-Saint-Denis.

Ce département de la petite couronne parisienne, le plus pauvre de métropole, a été durement frappé par l’épidémie de coronavirus, avec près de 1.500 morts en milieu hospitalier.

« Ça chauffe ! »

Sans sourciller et souriante, Mauricette M., vêtue d’un élégant pantalon rose et d’un t-shirt zébré, tend son bras gauche pour recevoir la piqûre.

« Ca chauffe ! », réagit cette ancienne habitante du Bourget (Seine-Saint-Denis) juste après avoir reçu l’injection du vaccin développé par l’américain Pfizer et l’allemand BioNTech.

Sous les applaudissements du personnel hospitalier et devant des journalistes, Mauricette ne cache pas son émotion, partagée par l’infirmière.

« Ce sont des soins qu’on réalise tous les jours mais je suis particulièrement émue aujourd’hui, c’est une première », confie, les yeux brillants, Samira Mzouri, qui a aussi réalisé la première vaccination en France d’un soignant.

Une demi-heure après s’être fait vacciner, Mauricette « se porte bien », fait savoir le chef de service gériatrie, le Dr Samir Tine, soulignant que la septuagénaire avait demandé à être vaccinée avant même qu’on lui propose.

Une deuxième dose du vaccin va lui être administrée dans 21 jours, comme le prévoit le protocole du Pfizer-BioNTech.

Un « honneur » et une « fierté »

« C’est un honneur et une fierté de commencer la première phase de vaccination, qui va nous permettre de vivre notre vie d’avant », assure le Dr Tine.

Au sein de l’unité de soins de longue durée de cet établissement de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), tout a été millimétré pour cette première vaccination.

Dans le réfrigérateur où sont stockées les doses de vaccins, « on a prélevé 0,3 ml de produit qui a été dilué avec du sérum physiologique », explique Anne Jacolot, cheffe de la pharmacie.

L’enjeu pour cette praticienne est « d’éviter la perte de produit. Il faut une coordination avec les soignants pour avoir les bonnes doses de vaccin ».

Ce produit, baptisé Comirnaty en référence à la technologie employée (ARN messager, mRNA en anglais), exige une logistique très spécifique puisqu’il doit être stocké entre -60 et et -80°C. Il peut être ensuite conservé entre 2 et 8°C, mais durant cinq jours maximum.

Au total, six femmes et quatre hommes, âgés entre 65 et 90 ans, devaient se faire vacciner dimanche à l’hôpital de Sevran.

« Si je dis ’aïe’, coupez le son ! »

Juste après Mauricette, c’est au tour du Dr Jean-Jacques Monsuez, un cardiologue de 65 ans.

« C’est un privilège de l’âge d’être le premier soignant à se faire vacciner. Si je dis +aïe+, vous coupez le son ! », plaisante-t-il face aux caméras juste avant de se faire piquer.

« J’ai rien ressenti, et après, une petite tension », confie-t-il.

Pour le cardiologue, le vaccin « n’est pas une histoire de gériatrie. On est tous dans le même bateau, qui ne doit pas couler. Il faut mettre fin à cette épidémie, elle tue trop de monde et met à plat l’économie », estime-t-il.

A l’hôpital René-Muret, qui a « été particulièrement touché lors de la première vague », la direction a indiqué avoir « recueilli l’ensemble des intentions de vaccination des patients la semaine dernière, en lien avec les proches ». « Jusqu’au dernier moment », ils auront « un délai de réflexion », assure l’établissement.

Le gouvernement s’est fixé l’objectif d’un million de vaccinés d’ici fin février parmi les plus âgés et les plus vulnérables, particuliers et soignants, dans les 7.000 Ehpad et autres établissements assimilés.

L’Obs

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *