Gouverneur de Diourbel : « à Touba, les populations refusent de se faire soigner, les secouristes sont violentés»

Le gouverneur de Diourbel en compagnie du général François NDIAYE et Cie, des élus locaux, du maire de Touba et des éléments du service d’hygiène ainsi des sapeurs-pompiers, a présidé une réunion pour l’évaluation de la lutte contre le Coronavirus dans la région.
A cet effet, plusieurs complaintes ont été soulevées par les sapeurs-pompiers et le service d’hygiène dans l’enterrement des morts liés au Covid-19 et de l’entretien des lieux infectés. « 75% des domiciles des victimes atteintes du Covid-19 refusent de nous voir, nous menacent avec des coupe-*coupe et insultent à tout va », déclare le chef du service d’hygiène. Abondant dans le même sens, le lieutenant Adama DIOUF, de la brigade des sapeurs-pompiers d’affirmer : « Nous avons des difficultés concernant les enterrements des victimes du coronavirus, et si on ne prend pas des mesures idoines, ça pourrait déraper. Nous devons les accompagner, mais on constate de plus en plus que la population nous rejette. Dès notre arrivée, certains nous disent qu’on n’a pas besoin de vous ici. En plus, ils sont devenus de plus en plus violents sur le terrain. Je pense qu’il est temps de trouver une solution, parce que c’est la vie de nos hommes qui y dépend ».
Des complaintes qui n’ont pas laissé indifférent le chef de l’exécutif de la région qui estime que les populations « devaient applaudir les éléments du service d’hygiène et les sapeurs-pompiers dans les quartiers grâce à leur travail remarquable. Mais c’est le contraire maintenant, on les insulte ».
« Les problèmes sont identiques dans toutes les régions, mais nous avons un problème particulier à Touba, au-delà de nier l’existence de la maladie, les gens commencent à exercer des violences sur les secouristes. Les populations refusent de se faire soigner. Donc on doit en parler pour mettre fin à cela, sinon la chaine de contamination va poursuivre son chemin », déclare le gouverneur Gorgui MBAYE.
WALFNET

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *