Guy Marius cristallise les passions

Le leader du mouvement Frapp/France Dégage est en train de déchaîner les passions et de cliver l’opinion nationale entre ses souteneurs et ceux de la mouvance présidentielle. Il y a une semaine, Barthélémy Dias demandait à l’Eglise catholique de s’impliquer et d’exiger sa libération. Le maire socialiste a remis une couche en déclarant que Guy Marius Sagna est maintenu parce qu’il est catholique. Des propos qui ont soulevé un tollé chez les partisans du Président Macky Sall qui accusent Barthélémy Dias de vouloir diviser les Sénégalais. «Arrêtons l’hypocrisie», leur répond Seydi Gassama, secrétaire général de Amnesty international/Sénégal. «Quand mon ami Me Amadou Aly Kane, assis à mes côtés, demanda à l’Eglise catholique de s’impliquer pour la libération de Guy Marius Sagna, il y a un mois, je n’ai pas été choqué. Nous savons tous que des Khalifes généraux sont intervenus auprès de Macky Sall pour demander la libération de célèbres hommes politiques de ce pays. Un Khalife général serait même intervenu pour éviter à Macky Sall la prison sous Abdoulaye Wade. Tous les chefs religieux musulmans et chrétiens, ceux des religions traditionnelles doivent donc élever la voix pour dénoncer l’emprisonnement de Guy Marius Sagna même si on sait que Macky Sall ne les écoute pas quand ses objectifs politiques sont en jeu. Garder le silence face à l’injustice, c’est en être complice», poursuit Seydi Gassama. En effet, on avait reproché au président Macky Sall d’être sourd aux appels du Khalife général des mourides qui lui aurait demandé à plusieurs reprises de libérer Karim Wade.
Il faut dire que toutes les personnes arrêtées en même temps que Guy Marius Sagna ont été libérées. Ce qui est incompréhensible aux yeux de la loi. «Il y a une rupture de l’égalité des citoyens. C’est un groupe qui s’est concerté. Si vous arrêtez tous, vous ne pouvez pas libérer les autres et maintenir un seul en prison. C’est de la discrimination, surtout venant du gouvernement qui a pour mission d’assurer l’effectivité des droits garantis par la constitution», avait déclaré l’avocat Assane Dioma Ndiaye, lors d’une conférence de presse avec d’autres leaders de la société civile.
En plus d’être le seul manifestant à être maintenu en prison, Guy Marius Sagna est, selon les souteneurs, soumis à un régime carcéral réservé aux personnes accusées de terrorisme. Ses visites sont restreintes et sa femme ne le voit que rarement.
Pour rappel, le leader du mouvement Frapp/France Dégage manifestait avec une dizaine de personnes devant les grilles du palais de la République pour protester contre la hausse de 6 % sur le prix de l’électricité.
WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *