Prix du pain: Les boulangers veulent une hausse

Les boulangers reviennent à la charge. Ils exigent la hausse du prix de la baguette de 190 grammes à 200 Francs sur toute l’étendue du territoire. «C’était une promesse ferme des autorités, à savoir la vérité des prix avec l’application effective des résultats de la commission», déclare Amadou Gaye, le président de la fédération nationale des boulangers du Sénégal (Fnbs). Ce dernier qui s’exprimait, hier, lors d’une conférence de presse, de poursuivre : «Pourquoi on veut nous asphyxier encore avec l’augmentation du prix de l’électricité qui est bien effective, les pénuries et la cherté de l’eau, la hausse des salaires et le gel du prix du pain». La Fnbs menace d’observer une grève si elle n’obtient pas gain de cause. Elle réclame par ailleurs, à l’instar des autres secteurs touchés par la pandémie de la Covid-19, à leur part du fonds Force Covid-19. «Nous demandons que la boulangerie soit considérée comme impactée par la Covid-19 afin de bénéficier de tous les avantages liés à cela (fiscalité, aide financière, facilitation de crédit bancaire», indique Amadou Gaye.

D’autre part, les boulangers réclament le respect de la réglementation et l’assainissement du secteur. Car selon eux, «le non-respect» de la réglementation risque de replonger le secteur dans un coma plus profond. «Cette anarchie doit cesser et nous appelons à la responsabilité de l’Etat. Le gouvernement devra doter de moyens exceptionnels le ministère du Commerce pour une application de cette réglementation qui sera bénéfique pour tous», poursuit-il.

En effet, d’après Amadou Gaye, malgré la nouvelle réglementation, la livraison du pain dans des «pousse-pousse», des sacs en bandoulière, des voitures non conformes à la réglementation, la vente à l’intérieur des boutiques de quartier sans respect des normes hygiènes persiste. «Il en est de même de l’installation des kiosques à pain devant les boutiques de quartier sans aucun respect de la distanciation entre une boulangerie et un point de vente agréé. Idem pour l’ouverture de nouvelles boulangeries sans aucun respect de la distance et dispositions règlementaires», s’insurge le président de la Fnbs. «Nous avions estimé qu’avec un assainissement du secteur, la boulangerie sénégalaise renaitra. C’est l’anarchie totale», poursuit-il, invitant le ministre du Commerce à veiller à l’application de la loi. «Le ministère doit sensibiliser tous les acteurs concernés (police, gendarmerie, service d’hygiène, collectivités locales, environnement) pour l’application de la réglementation. Surtout les collectivités locales qui doivent maitriser les textes avant de donner des autorisations d’occupation de la voie publique. Les gouverneurs doivent convoquer en urgence le comité technique régional de suivi du secteur de la boulangerie pour le respect des textes».

WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *