Les chauffeurs de camions réclament une gare routière moderne

Une gare routière moderne digne de ce nom. C’est ce que réclament les camionneurs. Ces derniers qui se disent fatigués du manque de gare de stationnement et des tracasseries sur les routes invitent les autorités à y trouver des solutions. «De Keur Massar en passant par Tivaouane peulh, Niacoulrab, Cambérène et ici au croisement cambérène partout où on s’installe, on nous chasse comme des malpropres. Alors que les Maliens disposent d’aires de stationnement et de gares routières comme à Mbao. C’est une chose que l’on dénonce. Nous payons nos taxes. Donc, il faut que l’Etat nous respecte. Et pour ça, nous voulons que l’on nous construire une gare routière digne de ce nom pour les camionneurs à Dakar», fulmine le président du regroupement des jeunes chauffeurs camionneurs, Abdoul Aziz Thiam. Et Lamine Séye un autre responsable des camionneurs du carrefour de Cambérène d’ajouter : «Cette gare routière des camionneurs est devenue une forte demande sociale. Et les autorités étatiques doivent y travailler d’un commun accord avec les municipalités pour que l’on ait des aires de stationnement et une gare routière moderne. Cela va permettre aux chauffeurs de se reposer et de réduire considérablement les accidents de la circulation».

Pour ce qui est des tracasseries sur les routes, Abdou Aziz Thiam dénonce : «Nous en avons marre des tracasseries. On vous demande vos pièces. Vous les avez au complet mais malgré tout, on va vous coller un motif. Les autorités en charge du ministère de l’Intérieur doivent trouver des solutions à ces tracasseries. Au niveau de la zone Nord, on fait stationner 10 véhicules pour le contrôle. Cette situation est anormale car cela favorise l’insécurité sur les routes et les accidents». Lamine Séye d’enfoncer le clou : «Nous vivons un véritable calvaire sur les routes à cause des tracasseries. Nous n’osons plus prendre un chargement de camion de sable ou de béton vers le Centre-ville de Dakar. Car là où vous passez, les forces de l’ordre vous arrêtent. Il y a 09 check points d’ici à Dakar. On vous colle une infraction parfois injustifiée. Ce qui fait que les chauffeurs n’osent plus transporter du matériel de construction vers Dakar».

WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *