Limousine présidentielle en feu : des têtes pourraient être coupées

L’incident survenu sur la voiture présidentielle continue de susciter une vague d’indignation et moult questionnements au sein de l’opinion où l’on se demande comment cela a pu se produire sur le véhicule le mieux sécurisé du pays. Et, de surcroit, à son bord, le président de la République et son hôte, le chef de l’Etat malien, Ibrahim Boubacar Keita.

Les responsabilités des autorités de  l’Ageroute et celles du garage de la Présidence de la République sont pointées. Les premières pour le dos d’âne situé à l’entrée de Nguéniène, à l’origine de l’incident. Les secondes pour n’avoir pas averti sur les probables défaillances techniques du bolide.

D’autres qui seraient dans le viseur, ce sont les «éclaireurs» de la Présidence. Il s’agit de ces agents du protocole qui, quelques jours avant le déplacement du président de la République, se rendent sur place pour une visite de reconnaissance visant, entre autres, à détecter les éventuels obstacles.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *