Canal 221

Loumas : L’interdiction du transport inter-urbain limite les activités

 (Correspondance) – Suite à l’application des mesures prises par les autorités étatiques nationales, dans le cadre de la croisade contre le Covid-19, les différents marchés hebdomadaires de la région de Kolda ont, vraiment, souffert de leur récente fermeture. Sur ce, aucune activité commerciale ne s’y déroulait au grand dam des différents usagers des lieux. Ce qui n’était pas sans conséquence sur le développement socio-économique de la région. En effet, non seulement l’approvisionnement des populations locales en marchandises diverses d’origine étrangère était interrompu mais également les commerçants surtout ceux appelés les «bana-bana» étaient réduits au chômage. Face à cette situation, dès lors, préoccupante, ces dites autorités viennent de décider, depuis quelques jours, la réouverture de ces marchés à l’instar de ceux du reste du pays. Mais, contre toute attente, cette mesure étatique n’a pas, encore, créé, un engouement chez les commerçants de Kolda habitués à ces endroits. Par conséquent, les principaux marchés hebdomadaires de Diaobé dans le département de Vélingara, de Médina Yoro Foulah et de Pata dans celui de Médina Yoro Foulah, de Saré Yoba Diéga et de Témento dans le Kolda n’ont pas connu de rush, comme à l’accoutumée, au cours de la semaine passée. A en croire les commerçants de Kolda, rencontrés, et qui s’activent dans ces marchés, cette situation est due à l’interdiction du transport inter urbain. Ainsi, au regard de ladite mesure, tout déplacement vers le plus grand et le plus dynamique marché hebdomadaire de la région, Diaobé, ou vers celui de Médina Yoro Foulah leur est impossible alors qu’ils constituent une partie non négligeable des acteurs de ces marchés. Selon eux, tant que cette interdiction n’est pas levée, il leur sera difficile voire impossible de faire du commerce dans les marchés hebdomadaires implantés dans chacun des trois départements de la région. En outre, la fermeture des frontières avec les pays limitrophes ne facilite pas non plus la relance des activités commerciales dans ces marchés en ces temps qui courent. A ce propos, en sus des nationaux, un nombre important de commerçants provenant des pays limitrophes et de ceux de la sous-région ouest africaine se côtoient dans ces marchés chaque semaine. D’ailleurs, selon certaines indiscrétions, il est plus facile pour les nationaux de vendre leurs produits à ceux-là car étant des clients les plus offrants. C’est dire donc que la limitation des marchés hebdomadaires au niveau de chaque département de la région s’avère, dès lors, peu avantageuse pour les commerçants des marchés hebdomadaires de la région de Kolda.
WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *