Le hold up électoral se précise en Mauritanie

En Mauritanie, le hold up électoral se précise de plus en plus. Hier, tard dans la soirée, le candidat du pouvoir s’est déclaré élu au premier tour. Ce, alors que la Ceni, chargée de proclamer les résultats, n’avait pas fini de centraliser les bulletins de vote. Il était accompagné, lors de cette conférence de presse, par le Président sortant, Ould Abdel Aziz. Ce qui a fini d’installer les germes d’une violence post-électorale. Samedi, plus d’une heure après la fermeture des bureaux de vote,  des dizaines de voitures anti-émeutes de la police, les occupants lourdement armés, sillonnaient les rues des quartiers comme Sebkha,  PK et autres.  Selon certaines indiscrétions,  on redoute un coup électoral de la part des généraux visiblement dans une mauvaise posture au cours de ce premier tour de l’élection présidentielle qui s’est déroulé sans le président sortant. Nos sources indiquent que le candidat du président sortant, en l’occurrence du général à la retraite Gazouanny, cherche à intimider les populations acquises à l’oppositione en quadrillant la capitale. Le camp d’en face ne compte pas le laisser dérouler en toute quiétude. Les quatre candidats de l’opposition se sont réunis et ont décidé de contester les résultats.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *