Mauritanie : Une pétition contre l’esclavage et le racisme

Mohamed C. a lancé une pétition à destination de l’Association des Haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E.). Une manière pour lui également de sensibiliser la communauté internationale et la diaspora mauritanienne sur la lutte contre l’esclavage en Mauritanie. Pour éveiller les consciences sur ce fléau, une pétition en ligne a été lancée.

«Aidez-nous à faire pression sur le gouvernement mauritanien afin de mettre fin aux pratiques esclavagistes !

L’esclavage a été aboli par le décret du 12 décembre 1905 sous l’Administration coloniale française. Mais dans les faits, ce décret n’a jamais été appliqué !

Des Haratine victimes

La Mauritanie est un pays situé à l’ouest de l’Afrique, entre le Maroc au nord et le Sénégal au sud. Elle est devenue indépendante le 28 novembre 1960. Dans ce pays, les Haratine (communauté composée d’esclaves ou affranchis d’origine négro-africaine) sont victimes d’esclavage domestique, administratif, politique et moderne. Les coupables sont les Maures, population arabo-berbère.

But de AHME

C’est pour cela que l’Association des Haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E.) a été créée en 2001, par Mohamed Yahya Ould Ciré. Elle a pour but de dénoncer les cas d’esclavage et de racisme en Mauritanie, mais également dans le monde.

Amnesty International, organisation non-gouvernementale a, plusieurs fois, dénoncé les violations de droits de l’homme dans ce pays, les actes d’intimidation, de tortures ou les poursuites judiciaires que subissent les militants anti-esclavagistes mauritaniens et étrangers.

Négation d’un fléau et lignes qui bougent

Les Présidents de Mauritanie, de Mokhtar Ould Daddah en 1960 à Mohamed Ould Abdel Aziz ont tu le problème ou nié l’existence de ce fléau.

Les choses commencent à bouger. L’actuel président maure Mohamed Ahmed El-Ghazouani a dernièrement rencontré le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid, première force d’opposition à la majorité présidentielle. Nous espérons que ce travail de collaboration servira non seulement, à abolir définitivement ce fléau et à reconnaître les Haratine comme des citoyens mauritaniens à part entière ».

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *