Moustapha Diakhaté : «Interdite aux Sénégalais, la France accueille Macky »

Si cela ne dépendait que de Moustapha Diakhaté, le Président Macky Sall n’allait pas prendre part, en qualité d’invité d’honneur à la rencontre des entrepreneurs de France qui sera organisée à Paris par le Mouvement des entreprises de France (Medef), le 26 et 27 août 2020.

En effet, l’ex-président du Groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar (Bby) peine toujours à digérer le fait que certains pays de l’Union européenne aient déclaré persona non grata les Sénégalais sur leurs territoires. Ce, à cause de la Covid-19.

Sur sa page Facebook, l’ancien ministre conseiller écrit que «interdite aux Sénégalais, la France accueille Macky Sall du 26 au 27 Août : une dérogation qui fait désordre». Pour le président du mouvement politique «Mankoo Taxawu Sunu Apr» un président de la République, digne de ce nom, ne doit pas accepter de bénéficier d’une autorisation spéciale pour se rendre à l’université du Medef aussi longtemps que l’interdiction de rentrer sur le territoire de l’Union européenne frappe ses compatriotes. «Avec ce voyage du Président Macky Sall, l’Etat du Sénégal renonce à sa décision d’appliquer la réciprocité à tous les Etats européens ayant pris des mesures d’interdiction de rentrer dans l’espace Schengen à l’encontre du Sénégal», martèle Moustapha Diakhaté.

A noter que le chef de l’Etat et son épouse ont quitté Dakar, hier matin, à destination de Paris, a annoncé la présidence sénégalaise sur son compte twitter. Macky Sall prendra part en qualité d’invité d’honneur à la Rencontre des entrepreneurs de France prévue mercredi et jeudi dans la capitale française.  La rencontre à l’initiative du Mouvement des entreprises de France (Medef) sera axée sur le thème de la «Renaissance des entreprises de France». L’évènement portera notamment sur les enjeux économiques, sociaux et sociétaux de l’après-Covid, en relation avec la souveraineté économique, l’urgence de la transition écologique et la préservation de la biodiversité, des nouveaux modes de consommation et de l’évolution du travail, précise la même source.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *