Négociations au Nicaragua: la Conférence épiscopale décline l’invitation

Ces négociations entre le gouvernement et l’opposition, entamées le 27 février dernier, cherchent à sortir le Nicaragua de la crise dans laquelle le pays centraméricain est plongé depuis bientôt onze mois.

Au Nicaragua, les évêques de la Conférence épiscopale ont finalement décliné l’invitation à participer au nouveau round de négociations entre le gouvernement du président Daniel Ortega et l’Alliance civique, qui représente l’opposition. Ils estiment qu’elles doivent être menées uniquement par les laïcs. Mais les prélats assurent qu’ils continueront à prier pour que les parties trouvent une solution pacifique à cette crise qui n’en finit pas.

De toute façon, les membres de la Conférence épiscopale, dont le cardinal Leopoldo Brenes, n’auraient joué qu’un rôle de témoin et non pas de médiateur, comme ce fut le cas lors des premières négociations de mai 2018.

Dialogue en péril

Des négociations qui avaient néanmoins abouti à un échec en raison du retrait unilatéral de Daniel Ortega, à la suite duquel il avait accusé les évêques d’être les complices des putschistes.

Cette décision de l’Eglise catholique n’est pas de bon augure pour l’avenir du dialogue. Car, de par l’autorité morale dont jouit l’épiscopat, sa participation aux discussions aurait offert une garantie à leur bon déroulement.

L’opposition en est d’ailleurs bien consciente : en apprenant la décision du clergé, les négociateurs de l’Alliance civique ont déclaré qu’ils allaient reconsidérer leur participation aux négociations, non sans tenter de faire changer d’avis les évêques.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *