Occupations des voies publiques : L’Assemblée envoie Abdou Karim Fofana dans les décombres

Les occupations anarchiques des voies et espaces publics sur certaines artères de la capitale dakaroise et sa banlieue ne laissent pas indifférents les députés. Ce week-end, lors du passage du ministre de l’Urbanisation, du Logement et de l’Hygiène publique pour défendre son budget, les parlementaires ont fustigé ce qu’ils considèrent comme une indiscipline. Non sans inviter Abdou Karim Fofana à remettre de l’ordre dans notre cadre de vie. Pour Cheikh Bamba Dièye, si le gouvernement veut booster l’habitat il doit améliorer d’abord le cadre de vie des populations. De son avis, les politiques doivent mettre de côté leurs positions partisanes et s’attaquer aux questions essentielles telles que le cadre de vie, l’habitat et l’insalubrité.
«Il faut mettre fin à cette illégalité des occupations de nos espaces dans les villes. Aujourd’hui, pour savoir notre niveau de sous-développement, il faut voir la laideur dans nos villes et le laisser-aller dans nos espaces publics. Il n’y a pas de loi ni de dispositions ou de sérieux pour sanctionner le citoyen qui est en contradiction avec les règles. Nous ne pouvons pas continuer à vivre dans cette anarchie», dénonce-t-il.
A l’en croire, cet état de fait sonne comme un échec global de l’ensemble des politiques qui ont été établies au Sénégal, des indépendances à nos jours. Pour l’ancien maire de Saint-Louis, il faut que les autorités sachent que le Sénégal n’est pas un pays isolé, car il y a ses voisins qui le regardent. Il affirme qu’aujourd’hui, on ne peut pas parler de politique d’habitat si l’Etat ne place pas la question de l’homme sénégalais au cœur de l’action. «Il ne sert à rien de faire des désengorgements alors qu’il n’y a pas de suivi. Sur l’Avenue Cheikh Anta Diop, les tabliers ont repris leur activité de plus belle. Cela montre le manque de suivi», peste le député Sana Kandé.
«Dakar étouffe et ceux qui ne croient pas aux changements climatiques n’ont pas à venir dans notre pays. Vous êtes invités à changer ce visage hideux qu’offre notre capitale. Il y a un besoin d’améliorer notre cadre de vie. Vous avez engagé des opérations de désencombrement mais nous nous interrogeons sur le suivi de ces opérations car, nous avons constaté des occupations anarchiques. Et le phénomène est là et c’est une réalité», embraie Cheikh Tidiane Gadio.
Au niveau de certaines villes comme Rufisque, les députés ont dénoncé les constructions anarchiques qui ont entrainé des empiètements sur les chaussées et la présence de cantines au niveau des ronds-points. Dans la même veine, ils ont décrié les installations illégales de parcs automobiles à Dakar. Lesquelles sont favorisées par les extensions communales non maitrisées. Pour mettre fin à ces encombrements, les députés ont préconisé la multiplication des centres commerciaux.
Leur répondant, le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique dira que les missions de désencombrement et de salubrité publique sont des responsabilités que son département entend assumer dans toute leur plénitude, sans pour autant exclure la sensibilisation et la concertation avec les concernés. Abdou Karim Fofana est du même avis que les députés sur le constat d’anarchie, de malpropreté et d’encombrement excessifs, dans nos grandes villes et surtout à Dakar. A cet effet, il estime que d’importantes mesures et actions ont été menées avec succès, comme par exemple le déguerpissement des alentours du stade Léopold Sédar Senghor, le désencombrement de l’Avenue Blaise Diagne, de la corniche Est, des deux voies menant à l’ancienne piste, etc. Et d’autres sont en train d’être menées à Dakar par ses services pour faire face à cette situation qui donne de notre capitale une image peu reluisante. Mais également la lutte contre l’ensablement et la présence de gravats aux devantures des chantiers de construction.
Soulignant l’importance du suivi des désencombrements, Abdou Karim Fofana annonce la création d’une brigade de lutte contre les encombrements et l’insalubrité (Brise) à travers un projet de loi. Lequel prévoit des sanctions alourdies et sera soumis prochainement à l’Assemblée.
WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *