Pastef persévère quand même

Pastef Les Patriotes est en train d’opérer une révolution tranquille. Une massification silencieuse est en cours alors que nous sortons à peine des présidentielles de 2019. Pour une rupture, en voilà une qui, à coup sûr, remettra en cause les prévisions à l’effet que Pastef aura atteint très tôt le plafond de verre, limite et barrière infranchissable. En général, une léthargie s’installe après des élections au sein des partis politiques vainqueurs ou vaincus. Curieusement et pour une première, une formation maintient la cadence, et en animation politique et en enthousiasme militant, et ce, malgré tous les soubresauts habituels, finance et ferveur en miette.

Reste à savoir si cette flamme entretenue au sein de l’appareil politique des patriotes s’accompagnera d’un engouement populaire grandissant. Sonko et ses camarades auront beau grignoter sur le bassin électoral, il n’en demeurera pas moins vrai que la masse flottante, électorat décisif, fera la différence, de toute façon. Sous ce rapport, Pastef a déjà réussi un coup de maître en élargissant sans cesse ses ramifications dans un contexte post électoral. Ce sera encore plus magique s’il réussit le pari de l’adhésion de masse qui, au-delà des statistiques sur les cartes de membres, traduira une capitalisation du phénomène récurent : vote utile à la mode. Pour ce faire, c’est moins le parti Pastef que la personnalité d’Ousmane Sonko qui pèsera beaucoup plus sur la balance.

Monsieur Sonko sera certainement parvenu à isoler tout accès de lassitude et d’émotion dans ses communications. Combiné avec la mise en relief de son humour, c’est vraisemblablement la voie royale du parachèvement de sa mise en marche politique.

Birame Waltako NDIAYE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *