Patients de Covid-19: Des capacités d’accueil limitées

Pendant ce temps, le nombre de malade continue d’augmenter, chaque jour, de façon exponentielle. Poussant certains à s’interroger encore sur le nombre de lits disponibles sur l’étendue du territoire. Mais difficile d’avoir un interlocuteur au niveau du Comité national de gestion de l’épidémie. ‘’EnQuête’’ a alors essayé de faire le point avec les médecins-chefs de région, pour avoir une idée du nombre de lits disponibles dans leur périmètre.
Joint par téléphone, le médecin-chef de la région médicale de Tamba confie : ‘’Nous n’avons pas, ici, de centre de traitement dédié, mais ce n’est pas le propre de Tambacounda. Comme partout, certains services ont été réaménagés pour prendre en charge correctement les personnes souffrant de la Covid-19. Ici, on a pris le bâtiment de la chirurgie de l’hôpital régional. Et si le nombre de lits s’épuise, on pourra transformer d’autres services pour la prise en charge des cas de Covid-19.’’
Au moment de notre entretien, le lieu de prise en charge disposait de 47 lits. Mais les autorités s’activaient déjà dans leur extension, pour parer à l’explosion des cas communautaires.
Pour Touba, au dernier décompte avec les autorités de la région médicale, il y avait 72 lits disponibles, dont 52 totalement occupés au centre Darou Marnane. Pour le nouveau centre érigé dans l’enceinte du nouvel hôpital, sur la route de Louga, la capacité est d’une trentaine de lits, dont 20 déjà disponibles. D’autres lits sont attendus par les responsables qui assurent que les capacités peuvent même être augmentées jusqu’à 50.
A Louga, le premier centre de traitement a été réceptionné le 14 avril 2020. Erigé dans l’enceinte de l’hôpital régional Amadou Sakhir Mbaye, il avait démarré avec 10 lits, mais disposait déjà, si l’on en croit les autorités sanitaires, d’une potentialité maximale de 53 lits. Auparavant, Louga acheminait ses malades à Saint-Louis et à Dakar. Dans la première région, les derniers chiffres dont nous disposons remontent au 31 mars et étaient de 26 lits avec 6 réservés aux cas graves. A l’époque, soutenaient les autorités, 2 infectiologues et 4 réanimateurs étaient en poste.
L’université Cheikh Anta Diop, une alternative
Dans la capitale, par contre, où l’on dénombre le maximum de patients atteints de Covid-19, 3 centres reçoivent des malades. Il s’agit de Fann, qui disposait d’une capacité de 36 lits, de Diamniadio, qui avait démarré avec 40 lits, mais avait, selon le ministère de la Santé, une potentialité de 100 lits. Par la suite, Dakar a renforcé ses capacités de prise en charge, en installant des lits à l’hôpital Dallal Jamm et d’autres sont annoncés à l’Hôpital général de Grand-Yoff et à Le Dantec.
Enfin, il y a Ziguinchor qui dispose également de son centre de traitement des malades de Covid-19, érigé à l’hôpital régional.
Dans tous les cas, le 3 avril dernier, Dr Bousso annonçait déjà une capacité de 500 lits disponibles sur toute l’étendue du territoire. Rappelons que, jusqu’à hier, le Sénégal comptait 736 cas déclarés positifs, dont 442 sous traitement. Cela dit, pour pallier un éventuel déficit de lits, certains médecins ont fait des propositions allant dans le sens d’utiliser l’université Cheikh Anta Diop comme lieu de prise en charge des cas simples. Déjà, soulignent-ils, il y a toute la logistique nécessaire dont des lits suffisants et des restaurants. Mieux, ils indiquent qu’&on pourrait même y aménager des locaux où pourraient loger les personnels soignants.

Enquête

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *