Polluants : un avant-projet de loi dans le circuit

c

Les polluants organiques dégradent l’environnement et s’attaquent à la couche d’ozone. Les plus usités ont pour noms : Polychlorodibenzo-р-dioxines, communément appelés Dioxines, les dibenzofuranes ou Furanes et l’Hexachlorobenzène. On décompte, au total, 24 nouveaux polluants organiques. Lesquels n’étaient pas pris en compte dans le Code de l’environnement. Leur élimination mérite une synergie des forces de défense et de sécurité et autres agents de contrôle des produits chimiques. La gestion écologiquement rationnelle de ces produits reste donc un défi à relever. A ce titre, des consultantes ont été recrutées pour l’élaboration de projets de textes sur la gestion des produits chimiques en se basant sur le format de texte juridique proposé dans le cadre de ce projet. En atelier, hier, pour vérifier la conformité des textes juridiques et institutionnels proposés, le Président de la Commission nationale de gestion des produits chimiques, El Papa Sam Guèye, a annoncé l’adoption et la promulgation prochaine de l’avant-projet de loi relatif à la gestion des substances et produits chimiques dangereux. Les participants ont discuté des rapports d’expertise des différentes sous-commissions (toxicovigilance, pesticides, produits chimiques industriels) et formulé des recommandations sur les procédures d’opérationnalisation de la Commission nationale de gestion des produits chimiques.

La convention de Stockholm qui régularise l’application de ces polluants a été ratifiée mais l’application tarde à voir le jour. Elle vise à protéger la santé humaine et l’environnement des produits chimiques persistants hautement dangereux en limitant et, à terme, en éliminant leur production, leur utilisation, leur commerce, leurs rejets et leur stockage. La gestion écologiquement rationnelle de ces produits reste donc un défi à relever par les générations actuelles afin de ne pas compromettre l’existence des générations futures. Parce que beaucoup ignorent l’effet néfaste des Pop.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *