Pourquoi les épidémies comme le coronavirus sont en hausse

Au cours des 30 dernières années, le nombre de foyers de virus a augmenté et les maladies à propagation rapide – comme le coronavirus en Chine actuellement – sont de plus en plus courantes.
La population mondiale compte actuellement 7,7 milliards d’habitants. Et nous vivons de plus en plus près les uns des autres.
Plus de personnes dans des espaces réduits implique un risque plus élevé d’exposition aux agents pathogènes qui causent des maladies.

Le coronavirus de Wuhan semble se transmettre d’une personne à l’autre par des gouttelettes lorsqu’elle tousse ou éternue. Le virus survit pendant un temps limité à l’extérieur du corps, de sorte que les gens doivent être relativement proches les uns des autres pour le propager.
En 2014, l’épidémie d’Ebola s’est propagée par le sang ou d’autres liquides organiques, seules les personnes en contact étroit pouvaient l’attraper.
Mais tous les virus ne se transmettent pas d’homme à homme. Même Zika, qui passe des moustiques aux humains, est facilité lorsque nous sommes à proximité. Les moustiques Zika prospèrent dans les zones urbaines où ils peuvent se nourrir de sang humain. Ils se reproduisent bien dans les endroits densément peuplés, humides et chauds.
Depuis 2007, plus d’humains vivent dans les villes. Plus de quatre milliards de personnes vivent aujourd’hui sur 1 % des terres émergées de la planète.
Et beaucoup de villes où nous nous installons ne sont pas prêtes pour nous. Tant de gens se retrouvent dans des bidonvilles où ils n’ont pas d’eau courante propre ni de bon système d’égouts, ce qui fait que les maladies se propagent rapidement.
Nous nous déplaçons

Les avions, les trains et les automobiles font qu’un virus peut parcourir la moitié du globe en moins d’une journée. Quelques semaines après l’apparition du coronavirus, des cas ont été suspectés dans plus de 16 pays.
En 2019, les compagnies aériennes ont transporté 4,5 milliards de passagers, contre 2,4 milliards seulement dix ans plus tôt.
Wuhan est l’une des principales stations du service ferroviaire à grande vitesse chinois et le virus a frappé au moment où la Chine était sur le point d’entreprendre la plus grande migration humaine de l’histoire – plus de trois milliards de voyages sont effectués à travers le pays à l’occasion du Nouvel An chinois.
L’une des pires pandémies jamais enregistrées a été la grippe de 1918, connue sous le nom de grippe espagnole. Elle a éclaté en Europe à une autre époque de migration massive, vers la fin de la Première Guerre mondiale.
Alors que la grippe se propageait, les soldats rentraient dans leur pays et ramenaient la grippe avec eux. Ils ont apporté le virus dans des communautés qui n’avaient pas développé de résistance au virus, prenant le système immunitaire complètement par surprise.

Selon une étude du virologue John Oxford, la source du virus aurait pu être un camp de transit, par lequel passaient chaque jour environ 100 000 soldats.
Même à une époque précédant le voyage en avion, l’épidémie s’est propagée dans presque toutes les régions du monde. Elle a tué entre 50 et 100 millions de personnes.
Il a tout de même fallu six à neuf mois à la grippe espagnole pour se propager dans le monde entier. Dans un monde où nous pouvons faire le tour de la planète en une journée, un nouveau virus de la grippe pourrait se propager beaucoup plus rapidement.
Plus de viande, plus d’animaux, plus de maladies

Le virus Ebola, le SRAS et maintenant le coronavirus de Wuhan sont tous des virus zoonotiques – ils ont été transmis à l’homme par des animaux. Le nouveau coronavirus semble provenir d’un marché de viande à Wuhan – les premiers études indiquent qu’il pourrait provenir de serpents vivants.
Aujourd’hui, environ trois nouvelles maladies sur quatre sont des zoonoses.
Notre désir mondial de viande augmente, l’agriculture animale se développe à mesure que certaines parties du monde s’enrichissent et prennent goût à une alimentation plus équilibrée. Les virus de la grippe ont tendance à atteindre l’homme par l’intermédiaire des animaux domestiques. La probabilité que des animaux infectés entrent en contact avec l’homme est donc également en hausse.
Les coronavirus passent des animaux sauvages à l’homme. En Chine, les marchés d’animaux vivants et de viande sont courants dans les zones densément peuplées. Cela pourrait expliquer pourquoi deux des dernières épidémies ont pris naissance dans ce pays.
Par ailleurs, à mesure que nos villes s’étendent, nous nous enfonçons dans les zones rurales où les humains entrent en contact avec des animaux sauvages. La fièvre de Lassa est l’un des virus qui se propagent de cette manière : alors que les gens coupent les forêts pour utiliser la terre à des fins agricoles, les rats vivant sur la terre se réfugient dans les maisons et apportent avec eux la fièvre de Lassa.
Nous ne sommes tout simplement pas prêts

Bien que le monde soit plus connecté que jamais, nous n’avons toujours pas de système de santé mondial capable de répondre à ces menaces.
Pour enrayer l’épidémie, nous comptons sur le gouvernement du pays où elle se déclare. S’ils échouent, c’est toute la planète qui est en danger.
Cela n’a été nulle part aussi évident qu’en Afrique de l’Ouest lors de l’épidémie d’Ebola. Lorsque les systèmes de santé locaux en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone ont échoué, le virus s’est propagé.
Le virus Ebola a tué 11 310 personnes en Afrique de l’Ouest.

BBC AFRIQUE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *