«Renvoyez-la!»: Trump prend ses distances avec les slogans de ses partisans

Lors d’un meeting de campagne mercredi 17 juillet, la foule a crié « Renvoyez-la !» à l’évocation de la représentante au Congrès Ilhan Omar, l’une des cibles des attaques verbales de Donald Trump depuis quelques jours. Le lendemain, le président américain a affirmé n’être « pas d’accord » avec les slogans scandés.

Le président américain Donald Trump a affirmé jeudi 18 juillet qu’il désapprouvait les slogans scandés la veille lors de son meeting à Greenville, en Caroline du Nord, où la foule avait crié « Renvoyez-la ! » à l’évocation d’Ilhan Omar, fille de réfugiés somaliens élue au Congrès en 2018.

« Cela ne m’a pas plu. Je ne suis pas d’accord avec cela », a déclaré Donald Trump, qui a écouté la veille au soir la foule reprendre cette formule à plusieurs reprises sans dire un mot. Lorsque les slogans se sont arrêtés, il a repris ses attaques verbales.

Le locataire de la Maison Blanche a aussi assuré, contre toute évidence, qu’il avait essayé d’interrompre ces chants. « J’ai commencé à parler très rapidement », a-t-il avancé.

Des attaques depuis plusieurs jours

Le président a déclenché la controverse le week-end dernier en ciblant sur Twitter quatre élues démocrates à qui il demandait de « retourner » d’où elles viennent, des propos qu’il a renouvelés devant les journalistes lundi 15 juillet à la Maison Blanche.

Ses critiques visent Alexandria Ocasio-Cortez, Ilhan Omar, Ayanna Pressley et Rashida Tlaib. Ocasio-Cortez, Pressley et Tlaib sont toutes nées aux États-Unis. Omar, une réfugiée somalienne, est installée aux États-Unis depuis plus de vingt ans. Elle a été élue au Congrès en 2018.

Lors de son discours mercredi 17 juillet, Donald Trump s’en est de nouveau pris aux quatre élues progressistes pendant vingt minutes, sur les 90 qu’a duré son discours, les invitant à quitter le pays si elles n’aimaient pas sa politique.

Une rhétorique qui choque

Des politologues parlent d’une violence verbale copiée sur celle des nationalistes blancs et qui ressemble à celle de l’époque de Martin Luther King. Les slogans rappellent aussi ceux prononcés lors de la campagne de 2016, où la foule criait « Enfermez-la » à propos de la candidate démocrate Hillary Clinton.

S’exprimant plus tard devant des journalistes, Ilhan Omar a déclaré que Trump « crachait de l’idéologie fasciste sur scène, disant à des citoyens américains de retourner chez eux parce qu’ils ne sont pas d’accord avec ses politiques néfastes pour notre pays ».

Ilhan Omar

@IlhanMN

You may shoot me with your words,
You may cut me with your eyes,
You may kill me with your hatefulness,
But still, like air, I’ll rise.

-Maya Angelou https://twitter.com/jonfavs/status/1151639430194532353 

Jon Favreau

@jonfavs

The crowd at Trump’s rally chanting “send her back” after the President viciously and dishonestly attacked Ilhan Omar is one of the most chilling and horrifying things I’ve ever seen in politics.

692 k

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
204 k personnes parlent à ce sujet

À ce jour, une quarantaine d’élus républicains ont critiqué les déclarations de Trump et ont manifesté leur inquiétude. « Nous ne pouvons pas être définis par cela », a déclaré le représentant conservateur Mark Walker, ajoutant que les dirigeants républicains à la Chambre des représentants avaient discuté des risques politiques potentiels lors d’un petit-déjeuner avec le vice-président Mike Pence.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *