Retour des populations à Dakar après la Tabaski : Le ministère de la Santé sans stratégie

Ceux qui pensaient que le ministère de la Santé et de l’Action sociale allait mettre en place un plan spécifique pour faire face à d’éventuels risques de contamination des vagues de retour des populations à Dakar après la Tabaski peuvent déchanter. Dr Ousmane Guèye, directeur du Service national de l’éducation et de l’information pour la promotion de la Santé (Sneips) par ailleurs membre du Comité national de la gestion des épidémies (Cnge) avoue qu’il y a un plan global mis en place pour les régions chaudes notamment qui enregistrent plus de cas positifs mais de plan spécifique. «Le ministre de la Santé et de l’Action sociale avait lancé un appel pour demander aux Sénégalais de passer la Tabaski là où ils sont. Comme nous l’avons tous constaté, certains sont restés. En revanche, d’autres ont préféré se déplacer pour aller prier en famille. C’est ça la réalité. Maintenant, concernant la stratégie pour faire face à ces vagues de retour à Dakar, je précise qu’il n’y en a pas»,  précise Dr Ousmane Guèye, directeur du Service national de l’éducation et de l’information pour la promotion de la santé (Sneips) par ailleurs chargé de communication du Comité national de la gestion des épidémies (Cnge). Ce dernier s’empresse d’ajouter qu’il y a un plan global que le ministère de la Santé et de l’Action  sociale a mis en place ciblant certaines zones chaudes telles que Dakar, Thiès et Diourbel. Pour la capitale dakaroise, épicentre de la pandémie, avance-t-il, l’accent a été mis sur la sensibilisation, particulièrement sur l’approche communautaire. Il s’agit du recrutement de 12 mille volontaires à Dakar qui vont sillonner tous les coins et recoins pour parler et échanger avec les populations. Et ensemble dégager la bonne formule pour l’appropriation des gestes barrières. La démarche est en train d’être adoptée, dit-il, pour Thiès et Diourbel. «Aujourd’hui, nous avons décentralisé les tests de Covid-19 parce que nous avons pratiquement 21 sites sentinelles qui sont équipés de laboratoires qui peuvent faire des tests de Covid-19. Rosso a démarré ses tests de même que Matam, Kédougou. Dans la semaine, Ziguinchor et Kaolack vont suivre. Nous allons ratisser large pour tester le maximum de Sénégalais», indique Dr Guèye.

Ce dernier rappelle que, deux semaines avant la fête, les agents du ministère de la Santé ont investi toutes les gares routières régulières et même clandestines pour discuter avec les voyageurs et les chauffeurs sur l’importance du port de masque, la distanciation physique et le lavage des mains. A l’en croire, même après la fête ce procédé doit être maintenu pour parer à toute éventualité. Concernant le non-respect par certains voyageurs des mesures sanitaires à la gare des Baux maraîchers constaté par WalfQuotidien à la veille de la Tabaski, le directeur du Sneips reconnait que même «si nous n’avons pas un respect à 100 % des mesures sanitaires, il y a quand-même une nette amélioration au niveau de ce site. Nous avons faits plus de 4 visites à la gare des Baux maraîchers. S’il y a des gens qui ne respectent pas ces dispositions, une grande partie de ces voyageurs se soumettent quand-même aux gestes barrières».

WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *