Retour des surcharges dans les bus

Dans le cadre de la lutte contre le covid19, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Me Oumar Youm, avait sorti un décret limitant le nombre de passagers dans les bus, aux places assises. Avec les baisses des cas notés depuis quelques semaines, le ministre a levé cette restriction. Ce qui explique le retour de la surcharge dans les bus. L’avis des usagers…
 Il est 19h au terminus des Tata de la ligne 36. Certains chauffeurs et receveurs s’activent pour la prière du crépuscule. D’autres, assis sur une natte, sont dans un jeu de dames. Les passagers attendent à l’intérieur du minibus, le chauffeur pour rejoindre leur destination respective.
Ousmane qui doit rentrer à Yoff partage son point de vue sur le retour de la surcharge dans les bus et minibus. D’après lui, cette situation était très difficile pour les usagers qui attendaient de longues heures à l’arrêt pour avoir un bus. Lesquels n’étaient pas nombreux. Et en dépit que certains quittaient tôt leur bureau pour rentrer, ils poireautaient de longues heures avant de trouver un bus. Et avec la nouvelle mesure, notre interlocuteur soutient que c’est moins éprouvant.
  Madame Ndiaye, receveuse du bus, adhère aux nouvelles dispositions moins contraignantes que l’ancienne qui ne leur permettait pas de faire de bonnes recettes. « La limitation des passagers a beaucoup impacté sur les recettes. C’était vraiment difficile. Avant ces restrictions, on pouvait gagner chaque jour 100 000 FCFA et plus. Mais durant ces deniers mois, la recette a beaucoup baissé. On se retrouvait avec moins de 50 000FCFA comme recette. Si on sortait l’argent du gasoil, ce qui restait ne pouvait pas payer les employés »dit –elle. Poussant son trait d’humour, elle souligne que l’ambiance avec les plaintes des clients et les petites querelles à cause de la petite monnaie, l’a beaucoup manquée.
Si cet assouplissement satisfait certaines personnes, en revanche d’autres émettent des réserves. Pour Abdoulaye cet allègement peut être source d’une nouvelle vague de contaminations. « Ces derniers jours, on a constaté une baisse considérable du nombre de cas, mais avec cette nouvelle décision, les cas pourraient se multiplier avec la transmission communautaire. Ce, dès lors qu’il s’avère impossible de faire respecter la distanciation sociale », déplore notre interlocuteur.
Le Temoin
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *