Rétro Education: L’Affaire «Sainte Jeanne d’Arc» lève un coin du voile

L’année 2019 a été relativement calme dans le milieu scolaire. On n’a pas connu de perturbations dues au mouvement d’humeur des syndicats d’enseignants, comme ce fut le cas durant les précédentes années. L’année étant électorale, les enseignants ont préféré observer un dégel dans leur lutte pour ne pas vicier la campagne. Mais force est de constater que l’interdiction du port du voile par les autorités de l’Institution Sainte Jeanne d’Arc a fortement bouleversé le système éducatif sénégalais. Le bras de fer entre cet établissement privé catholique et l’Etat du Sénégal a tenu en haleine tout le pays pendant trois semaines. Beaucoup de rencontres entre le ministre de l’Éducation nationale, le préfet de Dakar et la direction de cette école se sont tenues sans que la solution ne soit trouvée, chacun campant sur ses positions. Droites dans leurs bottes, les autorités de l’Institution Sainte Jeanne d’Arc ont affiché un flegme déterminé pour que le règlement intérieur de leur structure ne soit pas sapé par cette affaire. De son côté, l’Etat, usant de la carotte au début, a du manier le bâton devant la détermination des autorités de l’école privée catholique de ne bouger d’un iota de leur position. L’Etat a menacé de fermer l’école ou de la placer sous régime d’administration provisoire.
Cette situation tendue a fait réagir le Khalife général des Tidianes, Serigne Babacar Sy Mansour. Le guide religieux qui n’a pas pu supporter l’attitude des responsables de l’Institution Sainte Jeanne d’arc a demandé à l’Etat de fermer l’école. Mieux, il a signifié aux parlementaires qu’ils ont là un cas à débattre. «Ceux qui interdisent le voile dans leur école, ils portent pourtant leur croix et vont partout. Pourquoi on ne le leur refuse pas. Mais tout le monde se tait, jusqu’à l’Assemblée. Personne ne dit rien ! Qu’est-ce qui se passe ? Les députés doivent en parler. C’est de leur responsabilité. Si vous êtes là pour le peuple, fermez ces établissements. Refusez qu’il y ait des lois dans des lois qui existent déjà dans ce pays», souligne le successeur d’Abdoul Aziz Sy Al Amine.
Après mouts conciliabules, l’Etat et la direction de l’école ont trouvé un compromis. Mais à condition. Car, c’est l’école qui confectionne son propre voile. Un «deal» qui n’a pas pourtant satisfait tout le monde chez les parents d’élèves.
L’année 2019 a été marquée par ce coup de tonnerre opéré par le président de la République, Macky Sall, dans la foulée de son élection. Composant son nouveau gouvernement, le Président Sall a surpris plus d’observateur du système éducatif. Le ministre de l’Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane qui a refondé l’Enseignement supérieur à travers la tenue de Concertation nationale sur l’avenir de l’Enseignement supérieur (Cnaes) et la tenue du Conseil présidentiel de l’Enseignement supérieur, à la surprise générale, n’a pas été reconduit. D’aucuns estiment qu’il avait mis l’université sénégalaise sur de bons rails en dotant toutes les localités importantes d’universités ou d’instituts supérieurs. Aussi, il a orienté le système vers des Sciences, la technologie et des mathématiques (Stem) en instaurant aussi des formations de courte durée afin d’avoir des étudiants qualifiés après deux ans de formation.
Embellie dans la grisaille, le nouveau ministre, Cheikh Oumar Anne, a pris une décision importante en mettant un terme à l’orientation des nouveaux bacheliers dans les établissements privés. Le gouvernement du Sénégal a, pour la rentrée 2019/2020, orienté 52 200 étudiants. Pour recevoir les étudiants, l’Etat s’est engagé à terminer les infrastructures en cours dans les universités, les 100 laboratoires en chantier et à réceptionner 7 Eno en cours, recruter 200 enseignants, construire 200 bureaux dans les universités, réceptionner certaines universités en cours de construction dans le pays, réceptionner des amphis en cours dans les universités.

Walf/Canal221

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *