Scandales fonciers : La banlieue va marcher, demain

Vent de révolte dans la banlieue dakaroise. Une grande marche est prévue ce jeudi 22 octobre 2020, pour protester contre les scandales fonciers à répétition. A Pikine, les populations s’insurgent contre le bradage foncier qui y a libre cours. Il en est aussi de même pour d’autres zones situées dans les environs. Keur Massar n’est pas aussi à l’abri de la révolte populaire des habitants de la banlieue. Les habitants du quartier Darou Salam 02 extension sont en guerre contre le promoteur immobilier Abdoulaye Dia, non moins Directeur général du  Groupe Senico. Ces victimes menacées de démolition au nombre de 245 ont organisé une assemblée générale pour réclamer le départ du ministre de l’Urbanisme Abdou Karim Fofana. «Nous allons marcher jeudi prochain contre cette injustice foncière dont nous sommes victimes. Pikine Tally Bou Mack sera le point de départ», a déclaré Marie Aw, chargée de communication des victimes. Elles sont soutenues dans leur combat pour la préservation de leurs terres par Frapp et Yen a marre, «Avec ou sans autorisation, nous allons marcher jeudi prochain à Pikine. Et nous mettons en garde le Préfet de Pikine pour lui dire que le Corona ne doit pas être un prétexte pour interdire la manifestation. Car il y a beaucoup plus de cas de corona à  Dakar que Pikine. Aujourd’hui, nous sommes déterminés à faire face au Coronafoncier qui gagne du terrain», renchérit l’activiste Guy Marius Sagna. Venu prendre part à la rencontre, Kilifeu du mouvement citoyen Y en a marre d’appeler les populations à la mobilisation.

Revenant sur le litige foncier qui les oppose au promoteur Dia, ces victimes et les activistes accusent le régime de Macky Sall d’en être responsable. «On devrait assigner l’Etat du Sénégal pour complicité car ce sont les fonctionnaires qui ont décliné les autorisations depuis 2005 avec des signatures», déplore encore Guy Marius Sagna.

Lors de cette rencontre, les victimes ont arboré des brassards rouges en signe de mécontentement. Guy Marius Sagna et ses partisans annoncent une campagne de boycott des produits de Senico si le promoteur Dia ne fait pas marche arrière tout l’invitant à recevoir le Collectif pour éviter le pire. «S’il faut un deuxième Fanaye, il y en aura  puisque trop c’est trop, il y a trop d’injustice sur le foncier», avertit encore Guy Marius Sagna.

Autre foyer de tension foncière, c’est Yeumbeul-Nord où des populations désinformées de la répartition d’une superficie de plus de 23 ha du périmètre de reboisement octroyée par l’Etat du Sénégal, pour des besoins d’équipements collectifs au profit de leur commune, ont fait une sortie. C’est pour s’en prendre à leur maire Daouda Ndiaye, accusé d’avoir fait un détournement d’objectifs. Ces populations qui ont lancé une campagne de pétition contre la délibération du maire et des correspondances écrites aux autorités préfectorales ont menacé d’assigner leur édile Daouda Ndiaye en justice pour que lumière soit faite sur ce lotissement.

WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *