Seydi Gassama : «La peine de mort ne sert qu’à la vengeance»

Au lendemain du double meurtre de Tamba et Ouakam qui a ému l’opinion, un débat s’est instauré sur l’opportunité de rétablir la peine de mort abolie en 2004 par le gouvernement d’Abdoulaye Wade. Le Directeur exécutif d’Amnesty international, section Sénégal, ne pense que cela soit la solution «A chaque fois qu’il y a des meurtres de ce genre, le débat sur la peine de mort revient au Sénégal. Et d’ailleurs ce n’est pas une particularité au Sénégal, c’est dans tous les pays du monde. Même en France, à chaque fois qu’il y a eu des crimes crapuleux, les gens demandent à ce que la peine de mort soit rétablie. La question qu’il faut se poser, c’est est-ce que dans les pays où il y a la peine de mort, il n’y a pas de tels crimes. La réalité c’est que dans ces pays où on exécute les gens, des crimes aussi abominables sont commis tous les jours», déclare-t-il dans un entretien à Pressafrik.  «La peine de mort ne sert qu’à la vengeance. Lorsqu’il y a un tel meurtre, ce que le public veut, c’est la vengeance. Que l’Etat venge la personne en exécutant le meurtrier. Nous considérons que la peine de mort ne règle pas la question de la criminalité, parce que dans les pays où elle est appliquée la criminalité existe. Il faut faire en sorte que les meurtriers soient sévèrement punis», ajoute-t-il. Avant de proposer : «Je pense que, pour tous les cas de viol suivi de meurtre, on peut revoir les peines. On peut faire en sorte que ces personnes n’aient jamais de remise de peine ou de grâce. Qu’elles soient condamnées à passer leur vie en prison. Ce sont des personnes extrêmement dangereuses qui pourraient récidiver et il faut prémunir la société contre elles.»

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *