Situation au Mali, intervention de la Cedeao: Y en a marre brise le silence

Le mouvement Y en a marre a fait face à la presse, ce matin, pour se prononcer sur la situation qui prévaut au Mali avec le coup d’Etat orchestré par les militaires contre le pouvoir d’Ibrahim Boubacar Keita et l’intervention de la Cedeao. CANAL221 vous livre in texto la déclaration de Aliou Sané et ses camarades. 
Une corruption qui touche toutes les sphères de l’état et de la société. Une mal gouvernance assumée où la famille présidentielle fait la pluie et le beau temps. Une économie informelle. Une démocratie de façade. Un pays divisé et totalement dépendant de l’aide international pour sauvegarder sa souveraineté. Voilà le mal ouest africain. Le Mali en est une parfaite illustration. Et la crise qui le secoue aujourd’hui n’est que la conséquence visible de ces fléaux qui rongent silencieusement bon nombre d’Etat de la sous-région.
Faut-il dès lors se féliciter du coup d’Etat militaire du 18 août 2020 ou faut-il le condamner ? En tout cas, le départ de M. Ibrahim Boubacar Keita ouvre un nouveau possible pour le Mali, une nouvelle page pour soulager définitivement ses populations trop longtemps prises en otage par une élite déphasée et dépassée. Les manifestations qui ont précédé ce coup d’Etat militaire montrent une nouvelle fois que le peuple malien a fait le choix de marcher et d’aller de l’avant et qu’il n’accepte plus le plus le dictat de dirigeants qui ont complètement trahi l’idéal et les idéaux pour lesquelles ils ont été élus à l’instar d’IBK. C’est là où la CEDEAO était attendu pour accompagner cette forte volonté du peuple malien à aller de l’avant.
La CEDEAO a été bien informé de toute la faillite du système politique, administrative et de gouvernance qu’il y’avait sous le régime de Ibrahima Boubacar Keité. Elle avait l’opportunité d’arrêter ces dérives pour avoir observé les dernières élections législatives, la CEDEAO ne l’as pas fait. Au contraire, ils lui ont donné le feu vert. Aujourd’hui encore, au lieu d’accompagner le peuple malien dans ces choix, l’Institution sous régionale cherche à sanctionner les populations en leur imposant un embargo. C’est inadmissible !
Le mouvement y’en a marre condamne sans réserve les décisions malheureuses d’imposer un embargo et des sanctions économiques prises par les chefs d’état de la CEDEAO contre le peuple Malien qui a tant souffert de la mal gouvernance de ses élites politique, car il est important de s’assurer que la population malienne ne soit pas encore plus affectée par cette situation.
Demandons à la CEDEAO de privilégier le dialogue pour une voie rapide de sortie de crise et  d’accompagner le peuple Malien dans sa volonté légitime de chercher les solutions à la grande crise multisectorielles qui paralysies l’économie de leur pays et maintiens les populations dans une précarité absolue.
Le mouvement Y en a marre engage le président Macky SALL dans cette même voie, en appelle également à la solidarité panafricaine et appelle à la mobilisation de toutes les forces vives africaines pour une solution qui corresponde aux aspirations du peuple Malien.
« Il n y a pas de destin forclos il n y a que des responsabilités désertées »
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *