Situation délétère à la Rts: Synpics tacle Racine Talla

Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics) n’apprécie que très peu les méthodes de l’actuel directeur général de la Rts, Racine Talla. Le Secrétaire général de ce syndicat, Bamba Kassé, qui a tenu une conférence de presse, hier, a vigoureusement dénoncé le «terrorisme social» de M. Talla qui, selon lui, passe tout son «temps à créer et entretenir des conflits sociaux et qui inscrit la Rts dans la lignée des entreprises délinquantes». Pour preuve, dit-il, «le Directeur général a ordonné la suspension de salaire sans préavis ni décision disciplinaire préalable de certains agents, a refusé d’exécuter une décision de justice suite à un verdict de la Cour d’appel de Dakar, et poursuit sa politique d’abus de pouvoir en refusant de payer les frais de missions aux bénéficiaires au motif qu’il s’agirait d’un luxe», fustige Bamba Kassé. Qui s’étonne que la Rts préfère la procédure du référé en difficulté pour un montant de moins de 800 000 francs. En clair, selon le patron du Sypincs, la Rts dit qu’elle est dans l’impossibilité d’honorer une créance de moins de 800 000 frs en engageant un avocat dont les seuls honoraires pourraient largement dépasser cette somme. «Il s’agit là d’un dilatoire perfide, technique qui est utilisée contre d’autres agents à qui il est demandé de se soumettre +en présentant des excuses+ ou de faire les frais de la toute-puissance du Dg. Racine Talla qui a reçu 60 milliards de fonds publics depuis qu’il est nommé Directeur général, a fini de détourner les Sénégalais de leur télévision», fulmine-t-il. Le responsable syndical des journalistes et des professionnels de l’information affirme qu’au «moment où la Radio nationale reprend du poil de la bête en total respect de sa mission de service public, la Télévision se complait dans un traitement tendancieux et une gestion partisane de l’antenne qui frise le ridicule. Elle se permet de montrer en boucle les images des retrouvailles entre l’ex et l’actuel Président au moment où, depuis le départ du premier, aucune seconde ne lui a été réservée à la Télévision et ce, quel que soit le fait informationnel le concernant. Une telle attitude est simplement abjecte ! »

Sur un autre registre, Bamba Kassé souligne que Racine Talla n’a plus les prérogatives parce que frappé par la limite d’âge depuis longtemps. «Nous exigeons le départ du Directeur général pour une reconquête de l’indépendance rédactionnelle et éditoriale. Pour toutes ces raisons, le Synpics informe qu’il sera à l’avant-garde d’une grande coalition pour le retour de l’orthodoxie dans les médias publics qui doivent exclusivement être au service du public et non d’une partie du public», tonne-t-il.

Le Secrétaire général du synpics s’est prononcé aussi sur la situation qui prévaut au groupe Excaf et à Direct Info. Il souligne que ces deux organes de presse trainent des mois d’arriérés de salaires dus à leurs employés. «Le Synpics dénonce avec la dernière énergie cet état de fait et rappelle à ces entités privées, qu’elles sont dépositaires d’une mission de service public qui ne peut s’accommoder d’une précarisation des employés. Il s’attend à des résultats probants suite aux rencontres de conciliation entamées dans ces deux organes de presse», soutient M. Kassé. Il a fait savoir que le Bureau exécutif national sera particulièrement attentif aux résultats de ces rencontres et «se met d’ores et déjà à disposition pour la suite éventuelle de la lutte pour permettre à ces camarades de recouvrer leur dû».

WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *