Canal 221

TROISIEME MANDAT, COUPLAGE DES LOCALES ET LEGISLATIVES, CAS KARIM ET KHALIFA…

Benno Bokk Yaakaar donne sa position

Devant les sujets d’actualités post présidentiels, la coalition de la mouvance présidentielle Bby a tout passé au peigne fin. Dans chacun de ces sujets que ce soit le débat sur le troisième mandat, la dissolution de l’Assemblée nationale, l’élargissement de Khalifa Sall et l’amnistie à Karim Wade, la coalition Bby a donné son point de vue. 

Depuis la victoire de Macky Sall dès le premier tour de l’élection présidentielle, le Secrétariat exécutif permanent (Sep) de Benno Bokk Yaakaar (Bby) s’est réuni pour la première fois pour examiner les résultats du scrutin et les questions d’actualité. Pour ce qui est du deuxième volet, la Coalition s’est prononcée sur l’appel au dialoguedu président de la République. La mouvance présidentielle estime, dans une déclaration rendue publique, qu’il loin d’être exclusivement destiné aux partis politiques. Car il s’adresse à toutes les forces vives de la nation (acteurs économiques, sociaux, culturels, politiques, religieux et coutumiers) qui participent à la construction du développement intégral de la nation sénégalaise. «Cet appel se situe loin des préoccupations politiciennes qu’agitent certains opposants ou soi-disant experts. Pour autant que le pays appartient à tous ses enfants, et que le Président élu est celui de tous les Sénégalais sans distinction  aucune, le Sep ne peut que magnifier la posture républicaine du Président Macky Sall et inviter particulièrement tous les partis de l’opposition à faire preuve d’esprit de dépassement pour répondre sans préalables à l’Appel de la République», note le document parvenu à WalfQuotidien.

 Sur les cas Karim Wade et Khalifa Sall, Bbyrappelle qu’ils ont fait l’objet de longs procès publics et contradictoires à l’issue desquels, la justice, sur la base des faits constants et tangibles, les a condamnés à des peines de prison ferme et à payer une amende. Elle souligne que l’amalgame et la confusion entretenus sur la possibilité d’un élargissement et d’une amnistie participent toujours de cette volonté de manipuler l’opinion. Il en est de même du «soi-disant exil» dont Karim Wade serait victime de la part du pouvoir. Or, le candidat Madické Niang a clairement indiqué au cours de la campagne électorale que «Karim est libre de revenir au pays, rien ne l’en empêche. Au surplus, qui peut une seule seconde penser que Me Wade aurait ainsi pu laisser passer pareille occasion de violation des droits élémentaires de Karim Wade à circuler librement sans ameuter le monde et ses cours de justice, Cedeao, Onu, entre autres, sans mobiliser ses troupes contre le régime de Macky Sall ? Un non-sens évident ! Malgré tout, l’opposition s’est toujours complue dans la répétition irraisonnée  de ce fake news»

Pour le 3ème mandat pour Macky Sall, Benno Bokk yaakaar parle «d’une lubie brandie avant et durant la campagne comme un épouvantail, un repoussoir pour sanctionner Macky Sall». «Elle continue à être agitée pour polluer à dessein les esprits aux fins de noircir la victoire de Bby et d’armer l’opinion contre BBY pour les échéances à venir, malgré l’expression nette et univoque de la Constitution en son article 27 disposant que ‘Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs’», dénonce-t-on. La coalition de la mouvance présidentielle souligne, d’ailleurs, que «le Président Macky Sall, lui-même, en conférence de presse, le 31 décembre 2018, a déclaré publiquement qu’il ne lui est pas possible de briguer un troisième mandat».

En ce qui concerne le débat sur la dissolution de l’Assemblée nationale et élections locales, Bby invite les militants de la coalition à savoir raison garder, à taire les ambitions personnelles et à mettre en avant l’intérêt collectif. «Pour quiconque comprend bien et adhère au slogan, mot d’ordre et orientation politique du Président Macky Sall ‘un Sénégal de tous, un Sénégal pour tous’, rien ne saurait être conçu et décidé en dehors de la coalition BBY dont les succès depuis 2012 ont été assurés grâce à l’unité et la solidarité militante», souligne la coalition présidentielle. Sur la récente sortie de Idrissa Seck, elle souligne que le leader de Rewmi«confirme encore tout le mépris qu’il voue à la République. Car, la volonté du peuple ne s’est exprimée ailleurs et autrement que dans les urnes dont les résultats dépouillés n’ont fait l’objet d’aucune contestation depuis les bureaux de vote jusqu’au Conseil constitutionnel, en passant par les commissions départementales et la commission nationale de recensement des votes».

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *