UGB: Macky rattrapé par ses promesses

A l’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis, le lancinant problème du paiement des bourses refait surface.

La coordination des étudiants a fait face à la presse, hier, pour dénoncer le retard noté dans l’octroi des bourses. Attendues avant le 5 de chaque mois, ainsi que l’avait promis et instruit le chef de l’Etat, Macky Sall, parmi les mesures consécutives au décès de l’étudiant Fallou Sène, les bourses ne sont, toujours, pas tombées,  alors qu’on est le 19 janvier. Une situation insupportable pour les apprenants du supérieur qui ne comptent que sur ces fonds pour exister dans le lointain village de Sanar qui abrite le temple du savoir. Au surplus, les étudiants se désolent de la récurrence des retards de paiement dans la mesure où, et c’est devenu une vieille rengaine, les autorités compétentes en la matière, attendent le 5 de chaque mois pour annoncer, dans un communiqué, que «le paiement des bourses va démarrer prochainement».

Dans la foulée, les étudiants de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis ont cloué au pilori la démarche des responsables de Ecobank qui adoptent une attitude méprisante à leur égard, en refusant, catégoriquement, de tailler bavette avec eux. Très remontés contre la structure bancaire en charge de diligenter leurs bourses, les pensionnaires de l’université de Sanar n’ont pas manqué de pointer l’attitude contraire à l’orthodoxie des autorités de Ecobank. Selon eux, ces individus, qu’ils assimilent à des «escrocs» se sont attachés les services de sous-traiteurs comme Wisel et Freemoney qui leur servent, des fois, des codes erronés.

Les invitant à changer de fusil d’épaule tout en bannissant, de leur quotidien, ce langage clair-obscur, la coordination des étudiants de Saint-Louis «exige la présence effective, dans les plus brefs délais, d’un agent d’Ecobank, au sein du campus social. Mais, aussi, l’effectivité des paiements avant la fin de la semaine». Au cas échéant, les étudiants de l’Ugb promettent de monter, d’un cran, dans la lutte, en vue d’avoir gain de cause.

WALF

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *