Canal 221

Facebook pourrait changer de nom

On ignore les options possibles pour ce nouveau nom, mais The Verge parie qu’il pourrait être lié à Horizon, un univers numérique immersif conçu pour les casques de réalité virtuelle de Facebook, actuellement en phase de test. Le réseau social en a récemment dévoilé une version pour les professionnels, sorte de rencontre entre une conférence Skype et un jeu vidéo, Horizon Workrooms.

Depuis plusieurs mois, Mark Zuckerberg ne fait aucun mystère de ses appétits pour le métavers, un concept dont la définition varie largement selon les personnes qui s’en emparent, mais qu’on pourrait résumer grossièrement par des espaces virtuels immersifs dans lesquels on peut en théorie faire toutes sortes de choses. Suivre des cours, jouer à des jeux, discuter avec ses proches, acheter des choses, assister à un spectacle, etc. Beaucoup d’entreprises s’intéressent au sujet, motivées par les progrès technologiques et un quotidien qui s’est numérisé à marche forcée à cause de la pandémie de Covid-19 : de l’industrie de la tech à celle du jeu vidéo, en passant par l’univers des crypto ou de la mode… De manière assez ironique, le terme métavers (à mettre en regard du mot «univers») vient à l’origine du livre de science-fiction le Samouraï virtuel (Snow Crash, en VO) de Neal Stephenson, une dystopie qui décrit un monde virtuel dominé par des méga-corporations.

«Prochain chapitre d’Internet»

«Je pense que le métavers représente une grande partie du prochain chapitre d’Internet, celui qui va suivre la révolution du mobile, affirmait Mark Zuckerberg cet été, dans une interview accordée à The Verge. Et le métavers est aussi une partie du futur de notre entreprise.» En début de semaine, Facebook a justement annoncé son projet d’embaucher 10 000 personnes dans les cinq prochaines années, au sein de l’Union européenne, afin de travailler sur ces nouveaux projets. Plusieurs changements en interne vont dans le même sens, comme la récente nomination d’Andrew Bosworth, jusqu’ici responsable de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée, en tant que nouveau directeur technique de Facebook.

Même si on l’associe plus facilement au réseau social éponyme, Facebook détient en fait un grand nombre de produits différents : le réseau social d’images Instagram, l’application de messagerie WhatsApp, Oculus, ses efforts dans la réalité virtuelle, et d’autres activités moins connues. Un changement de nom ressemblerait donc à celui effectué par Google. En 2015, le célèbre moteur de recherche a opéré une vaste réorganisation interne, devenant une filière d’une société-parapluie baptisée Alphabet. L’idée était, là aussi, de mieux refléter la diversité de ses activités (cela étant dit, six ans plus tard, pour la plupart des gens, Google reste associé au moteur de recherche).

Enfin, une nouvelle marque pourrait permettre à Facebook de mettre un peu de distance avec les différents scandales dont il fait actuellement l’objet. Depuis la rentrée, le réseau social a été la cible d’une série d’enquêtes du Wall Street Journal. Ces révélations ont été permises par une lanceuse d’alerte, Frances Haugen, ancienne ingénieure au sein du géant du numérique. Elle a récemment témoigné devant le Congrès américain et doit également être auditionnée par le Parlement européen, le 8 novembre.

Libération

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *