Lutte contre le chômage : Mastercard Foundation à la rescousse de l’Etat sénégalais

La fondation Mastercard veut donner la possibilité à trois millions de jeunes sénégalais d’obtenir un emploi d’ici à 2030. Elle l’a fait savoir à travers un communiqué reçu à la rédaction de canal221.com. Elle prévoit d’investir, durant cette période, près de 200 millions de dollars pour accompagner l’Etat dans sa stratégie de lutte contre le chômage des jeunes.

La création d’emplois est un véritable casse-tête pour l’Etat. En effet, malgré la mise en place de nombreuses politiques de création d’emplois, le taux de chômage ne cesse de grimper. Pour les personnes âgées de 15 ans ou plus, il est estimé à 15,7 %, selon les dernières estimations de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd). D’ailleurs, cette dernière révèle que ce taux est légèrement plus élevé en milieu urbain où 18,6 % de la population active sont au chômage contre 13,1 % en zone rurale. Ainsi, selon le sexe, le chômage touche davantage les femmes (22,1 %) que les hommes (9,6 %). Dans le cadre du Plan Sénégal émergent (Pse), l’Etat a misé sur plusieurs stratégies pour réduire ces taux. Seulement, force est de constater qu’il y a encore des efforts à faire dans ce sens. Cependant, dans le cadre de la seconde phase du Pse, les autorités peuvent s’appuyer davantage sur la Mastercard Foundation. Dans le cadre de son projet «Jeunesse africaine au travail», cette fondation  s’est engagée à verser un montant initial de 200 millions de dollars américains sur cinq ans. Et le Sénégal fait partie de la première vague de pays auprès desquels la Fondation a commencé à mettre en œuvre cette nouvelle stratégie. Dans un communiqué  reçu par canal221.com, la Mastercard Foundation estime que cet investissement devra permettre à au moins trois millions de jeunes sénégalais d’avoir accès à un emploi. Mais aussi, relève la même source, ce projet va mettre l’accent sur la croissance des petites entreprises, les améliorations de productivité le long de la chaîne de valeur agricole et les améliorations en matière d’éducation et de formation. « La stratégie +Jeunesse africaine au travail+ de la Mastercard Foundation permettra à 30 millions de jeunes, dont 70 % de jeunes femmes, d’avoir accès à un emploi digne et gratifiant d’ici 2030. Tirant profit de son travail dans 34 pays au cours de la dernière décennie, la Fondation est maintenant en train de renforcer son engagement auprès de 10 pays africains», précise-t-on dans la note.

Par ailleurs, les administrateurs de la Mastercard Foundation expliquent que ces différents programmes appuieront les entrepreneurs, les Petites et moyennes entreprises et les secteurs de croissance clés menant ainsi à une plus grande productivité, à la création d’emploi et à des possibilités d’emplois.

Eliminer les nombreux obstacles à l’emploi

A en croire le représentant de la Mastercard Foundation pour le Sénégal, Sambou Coly, cité dans le communiqué, l’ambition de cette institution, à travers ce projet, est de transformer les systèmes et d’éliminer les obstacles afin de créer des conditions propices aux occasions économiques. «Nous pensons que ceci est possible seulement si nous collaborons et unissons nos efforts vers un but commun et que nous plaçons nos jeunes au centre de nos modèles», a-t-il déclaré dans la note.

En ce qui concerne le choix du Sénégal, la Fondation estime que l’environnement politique et stratégique du Sénégal se prête bien au développement économique et social. Tout en soulignant que son secteur commercial est également  prospère. «Le Sénégal est doté d’un fort esprit entrepreneurial et son économie numérique compte des taux élevés d’innovation. Etant donné que près de 35 % de la population ont entre 15 et 35 ans, et que le taux de chômage chez les jeunes est de 13 %, la Fondation collabore avec des partenaires locaux afin de susciter un changement systémique nécessaire à la croissance et à la création d’emplois», indique le document. En outre, les priorités du projet, selon ses initiateurs, sont de permettre la croissance des jeunes entreprises en améliorant l’accès au financement, en reliant de jeunes entreprises à des financements et en soutenant les pôles, les incubateurs et les accélérateurs d’innovation. Mais aussi, en appuyant le potentiel des jeunes par un arrimage de ceux qui proviennent du secteur informel sur des programmes de certification et des occasions de travail. Enfin, le projet devra également renforcer la qualité et la pertinence de l’Enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle (Eftp) en préparant le personnel enseignant et les instructeurs grâce à des méthodes d’enseignement et à du matériel pertinent basé sur les compétences.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *